logo-article

Bleu nuit

Dima Abdallah

Aux abords du Père Lachaise, un homme au passé encombrant vacille... et se rattrape à ses visites rituelles. Une poétique de la douleur et de la mémoire enfouie.

Tout commence avec un narrateur poursuivi par des douleurs. Ces dernières le poussent à se protéger en se terrant dans un quotidien fait de TOC et de nettoyage intensif.
Puis un jour, il y a la perte de trop, celle qui le fait basculer. Après être resté plusieurs années sans sortir, il fait le choix de sortir et ne plus rentrer. Il arpente alors les contours du cimetière du Père Lachaise. Au travers de ces rencontres, et de ses sensations, son passé nous est progressivement révélé. Cette déambulation est au départ aléatoire. Elle devient progressivement très orchestrée. Ces rencontres récurrentes et rituelles qu’il fait, à la fois le tiennent accroché au monde des vivants mais sont autant de messages venus du passé. Un passé traumatisant dont il ne s’est jamais remis.
Le présent chez Dima Abdallah est peuplé de souvenirs, souvenirs qui affluent par secousses.
Avec une écriture très poétique, il se munit des poètes qu’ont été Baudelaire, Proust, Kundera, et les brandit comme miroir de ses peines. Dima Abdallah nous raconte en filigrane l’exil et le pays du Cèdre, la terre natale abandonnée.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.