logo-article

Le peuple et les choses. Paris au XVIIIe siècle

Arlette Farge

Une fois de plus, Arlette Farge, historienne spécialiste du XVIIIe siècle se saisit de l’insaisissable et esquisse une approche quasi intimiste des habitudes de la rue, à partir de « l’inanimé » qui occupe l’espace urbain, qui semble anodin à force d’être visible mais qui prend un singulier relief dès lors qu’il est relié aux activités humaines.

En proposant une attention aux choses, affiches, enseignes, lanternes, abreuvoirs, fontaines, elle explore le « choc sensoriel » de la ville, avec une élégance de style qui n’appartient qu’à elle. On y croise avec bonheur les mémorialistes tels que, Hardy, Barbier, Mercier, qui ont observé avec talent les petites gens. Une restitution magnifique du paysage sonore du Paris du XVIIIe siècle, une plongée dans le rythme et les sensations de ceux qui y vivaient alors.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *