RDA, traces de la vie quotidienne

- par Y. E.

logo-article
"Leipzig Hauptbahnhof DDR August 1988" by sludgegulper CC BY-SA 2.0 gare de Leipzig en août 1988

Le 3 octobre 1990 entrait en vigueur le traité de réunification de l’Allemagne. Il y a 30 ans donc, la République Démocratique Allemande disparaissait officiellement. On a tous en tête l’image d’un pays en camaïeu de gris, exaltant le travail et comptant presque autant d’agents de renseignement que d’habitants. Mais au-delà de cette image un peu stéréotypée, à quoi pouvait bien ressembler la vie quotidienne des Allemands de l’Est ?

Voici une sélection d’ouvrages pour dépasser les clichés :

 

Le pays disparu, sur les traces de la RDA, Nicolas Offenstadt

Urbex RDA, Nicolas Offenstadt

Nicolas Offenstadt a longuement exploré les bâtiments abandonnés qui parsèment le territoire de l’ancienne RDA. Les ruines, et les objets de la vie quotidienne qu’elles recèlent encore, constituent la base d’une histoire des expériences sensorielles et personnelles des habitants de l’ex RDA.

24 Heures de la vie en RDA, Emmanuel Droit

Emmanuel Droit nous propose, à travers neufs scènes de la vie quotidienne, de nous immerger dans la vie des Allemands de l’Est. Nous découvrons ainsi ce que signifiait manger, travailler, se loger ou s’éduquer en RDA.

Histoire d’un allemand de l’Est, Maxim Leo

Le journaliste Maxim Leo raconte l’histoire de sa famille sur une soixantaine d’année, depuis l’entre-deux-guerres jusqu’à la chute du mur de Berlin. Il retrace son parcours ainsi que celui de ses parents et grand-parents, chacun ayant eu un rapport particulier à l’utopie socialiste. L’enquête qu’il nous livre ici permet de saisir l’atmosphère de la RDA via l’histoire de personnages inoubliables, à rebours de la vision d’une société uniforme.

La RDA après la RDA – Des Allemands de l’Est racontent, Agnès Arp et Elisa Goudin-Steinmann

Les deux auteures racontent les souvenirs que ses habitants ont conservé de la RDA. Les témoignages qu’elles ont collectés dressent un état des lieux intime de la RDA telle qu’elle était vécue, mais aussi de l’évolution de son image dans les mentalités depuis sa disparition.

À l’est de nos mémoires, un film de Jeanne Nouchi et Marion Verle

Si le 3 octobre est pour beaucoup une fête, il signe aussi pour certains Allemands la fin d’un monde, la perte d’un idéal. Face aux difficultés du monde actuel, le souvenir de la vie en RDA se fait nostalgique. Leur témoignage donne corps à ce sentiment, et permet de comprendre que l’unanime condamnation du régime de la RDA est parfois ressentie comme une négation de leur propre vécu.

La loyauté à tout prix, Sonia Combe

La RDA était aussi pour certains l’occasion de construire « le premier État allemand des ouvriers et des paysans ». Par loyauté envers le régime, les marxistes n’ont jamais émis de critiques hors du Parti, malgré leur désapprobation des méthodes employées. Sonia Combe s’intéresse ici à ces hommes et femmes qui se sont accrochés à leur rêve jusqu’au bout, à tout prix.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *