« Napoléon est noir*: il s’appelle Toussaint Louverture »

- Silomoderne

logo-article
Toussaint Louverture

 «Du Premier des Noirs au Premier des Blancs»,

En-tête de la Lettre de Toussaint Louverture à Napoléon Bonaparte

 

Cela fait deux-cent-dix-huit ans que ce personnage historique, précurseur des indépendances coloniales et du combat « des damnés de la terre »**, nous a quitté.

C’était précisément le jour du 7 avril 1803 au Château du fort de Joux dans le Jura, lieu sordide de sa déportation qui fut exécuté sur ordre de Napoléon Bonaparte. Ce grand homme, donc, n’est autre que Toussaint Louverture, né esclave à Saint-Domingue en 1743.

A l’occasion de la révolte des esclaves en 1791, il prendra les armes et se ralliera au mouvement insurrectionnel. Stratège militaire et diplomate né, il se battra du côté de l’Espagne contre la France pour s’en écarter par la suite et rejoindre le combat abolitionniste de la France révolutionnaire (29 Août 1793, promulgation de l’abolition de l’esclavage sur l’Ile de Saint-Domingue).

Son action a été, fondamentalement, une tentative réussie d’effacer les séquelles historiques d’un territoire abandonné trop longtemps à la colonisation et à la traite négrière, aux massacres et aux génocides.

Sans d’autres ambitions que celles d’en finir avec l’injustice, avec l’oppression et l’exploitation des noirs, il incarnera seul les principes de la Révolution, l’universalisme en premier lieu.

Il réussira, peu à peu, à libérer et unifier l’île en repoussant les armées espagnole et britannique. Seul maître à bord, il fera rédiger une constitution à ce nouvel État en 1801 et en deviendra son premier gouverneur noir.

L’indépendance de l’île n’est pas pour autant acquise. Il faudra attendre la bataille de Vertières près du Cap-Français dans le Nord d’Haïti, le 18 novembre 1803, sept mois après la mort de Toussaint Louverture, pour que le rêve intime de ce libérateur*** se réalise enfin, c’est-à-dire l’apparition de la première des nations noires dans l’histoire moderne des hommes***.

Une gravure de 1845, d’un artiste inconnu, montre une scène de la bataille de Vertières, le 18 novembre 1803

C’est au général Jean Jacques Dessalines que revient l’honneur, après avoir anéanti les armées métropolitaines, coloniales et esclavagistes, du général Rochambeau, de proclamer la naissance d’Haïti le 1er janvier 1804.

 


*« Toussaint Louverture : le Napoléon noir ». Jean Louis Donnadieu, historien et écrivain

**Titre de l’ouvrage de Frantz Fanon, les Damnés de la terre

***Aimé Césaire : « Toussaint Louverture : la Révolution française et le problème colonial »

 

Pour aller plus loin :

 

Sur Toussaint Louverture et la défaite de Napoléon :

Toussaint Louverture, la Révolution française et le problème colonial, Aimé Césaire

Le Glaunec, Jean-Pierre, L’armée indigène : la défaite de Napoléon en Haïti

Toussaint-Louverture : biographie / Madison Smartt Bell ; traduite de l’américain par Pierre Girard

Toussaint Louverture : le Napoléon noir / Jean-Louis Donnadieu

Mémoires : écrits par lui-même, pouvant servir à l’histoire de sa vie / général Toussaint-Louverture ; édition établie et présentée par Philippe Artières

Toussaint Louverture / Sudhir Hazareesingh ; traduit de l’anglais par Marie-Anne de Béru

 

Sur l’île de Saint-Domingue et l’économie coloniale :

Au temps des isles à sucre : histoire d’une plantation de Saint-Domingue au XVIIIe siècle / Jacques Cauna…

1802, le rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises : aux origines d’Haïti : ruptures et continuités de la politique coloniale française, 1800-1830

Archéologie de l’esclavage colonial / sous la direction de André Delpuech et Jean-Paul Jacob

Épices et produits coloniaux / l’abbé Raynal

Lyon et la mer au XVIIIe siècle : connexions atlantiques et commerce colonial / Olivier Le Gouic ; préface de Gérard Le Bouëdec

Mémoire noire : histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne / sous la direction de Caroline Le Mao ; Mickaël Augeron, Hubert Bonin, Olivier Caudron

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *