Le scandale du prix Goncourt de 1921

- par Silomoderne

Batouala, véritable roman nègre, de René Maran

« Moins le Blanc est intelligent, plus le noir lui paraît bête », In « Voyage au Congo, André Gide – 1927″

 

Roman oublié, l’auteur également, et pourtant cet événement, même s’il a aussi été évacué de nos mémoires, fut retentissant dans une France emmitouflée dans une « colonialité » assumée, celle de la Troisième République.

René Maran, martiniquais, auteur de romans et d’essais sera, malgré lui, à l’origine d’un scandale littéraire suite à l’obtention du prix Goncourt de 1921.

Ce prix a fait l’effet d’une bombe parce que le romancier est noir, qu’il obtient un prix prestigieux et qu’en plus, il écrit un roman anticolonial. La presse se déchaîne dans des propos racistes inimaginables aujourd’hui comme dans le journal « le Petit Parisien »

D’autres scandales émailleront cette noble institution qu’est le prix Goncourt : ceux de Marcel Proust, Louis Ferdinand Céline, Julien Gracq, Marie Ndiaye, Romain Gary et bien d’autres encore.

Ce roman va inspirer d’autres auteurs comme André Gide et son ‘Voyage au Congo’ ou encore Aimé Césaire, Léon Gontran Damas et Léopold Sédar Senghor qui verront en lui le précurseur de la Négritude.

 

Pour aller plus loin :

 

Articles de presse

-René Maran

Qui était René Maran, le premier écrivain noir à recevoir le prix Goncourt en 1921 ?

René Maran, 1er écrivain noir à obtenir le prix Goncourt

René Maran, 1er auteur noir récompensé au prix Goncourt

 

-Le Prix Goncourt et ses scandales

Prix Goncourt, ses couacs, ses polémiques, ses scandales

Le Goncourt, des scandales et des polémiques

 

Ouvrages Bibliothèque municipale de Lyon

-René Maran

Batouala, véritable roman nègre, René Maran

Œuvres de René Maran

 

-Les Chantres de la Négritude

Œuvres d’Aimé Césaire

Œuvres de Léon Gontran Damas

Œuvres de Léopold Sédar Senghor

 

-Autre

Voyage au Congo d’André Gide

Autour de la Négritude

 

Sur le scandale du prix Goncourt

Proust, prix Goncourt [Livre] : une émeute littéraire / Thierry Laget

Julien Gracq et le Goncourt : La Littérature à l’estomac

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *