Canicule

- Gadji

logo-article
367377203_7cf3c66c68_b CC Pierre Duchemin Montreuil (94), 1er juillet 2006

Jamais la France n’avait connu un mois de juin aussi chaud. Cette canicule précoce arrive comme un ultime avertissement : le changement de paradigme est incontournable. Ces événements météorologiques extrêmes représentent un défi majeur pour toutes les nations, en particulier pour les grandes métropoles. Rappelez-vous Soleil vert, film de 1974 : on est en 2022 (!!) dans une grande ville américaine, les hommes ont épuisé toutes les ressources naturelles, la température extérieure est invivable, les émeutes urbaines sont écrasées .

Partie basse de l'affiche du film Soleil Vert

Couverture du livre Chicago, canicule 1995

Etrange résonnance du scénario avec la réalité contemporaine notamment dans l’évocation du rôle de l’Etat et donc du pouvoir dans l’horreur qui se déroule. On retrouve cet écho avec la dystopie de Richard Fleischer dans l’ouvrage d’Eric Klinenberg qui se situe dans la grande ville de Chicago pendant la canicule de l’été 1995, une catastrophe dont il fait l’autopsie sociale.

Le constat reste sans appel : malgré des canicules généralisées à toutes les régions du globe et dont le rythme est désormais annuel, les grands centres urbains n’ont pas encore entrepris la mue nécessaire pour s’adapter au changement climatique et contribuer à limiter son évolution.

Pour aller plus loin : 

Les villes durables : quelles villes pour demain ?  sous la direction de Christophe Rymarski

Adaptation au changement climatique et projet urbain  sous la direction de Solène Marry

Rafraîchissement urbain et confort d’été : lutter contre les canicules , Guillaume Perrin

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.