Antoine Galland, pionnier de l’archéologie

- par agermeyan

logo-article
Portrait d'Antoine Galland

 

Les Journées européennes de l’Archéologie approchent à grands pas. C’est peut-être l’occasion de rappeler qu’avant le grand engouement pour cette discipline au XIXe siècle, elle fut portée par des humanistes ou orientalistes, personnages passionnés et érudits, comme Antoine Galland (1646-1715), traducteur des « Mille et une nuits ». Ce fut cette dernière œuvre qui lui apporta la célébrité, mais avant de l’accomplir, ce savant et bibliothécaire de Louis XIV avait passé de longues années à sillonner le Levant pour y faire des recherches d’archéologie et d’anthropologie, de littérature et de philologie grecque, arabe, persane et turque.

Antoine Galland s’est illustré par sa fonction « d’antiquaire » auprès de l’ambassadeur Charles Olier de Nointel à Constantinople, puis au service de Barthélemy d’Herbelot.  Son œuvre d’érudition, assez peu connue, révèle toute son importance car elle ouvre une voix royale vers la découverte des civilisations orientales.

 

"Bibliothèque Orientale", page de titre de l'édition de 1776

 

 

Pour aller plus loin :

 

« Bibliothèque orientale, ou Dictionnaire universel contenant généralement tout ce qui regarde la connoissance des Peuples de l’Orient…» , par Monsieur d’Herbelot, précédé d’un discours-préface d’Antoine Galland, à Paris 1697, à feuilleter sur Numelyo ;

« Le voyage à Smyrne : un manuscrit d’Antoine Galland (1678)», avant-propos d’André Miquel, textes présentés par Frédéric Bauden, éd. Chandeigne, Paris, 2000 ;

 

Articles en ligne:

 

« Nouveaux éclaircissement sur la vie et l’œuvre d’Antoine Galland » de Frédéric Bauden,  publication de l’Université de Liège ;

« Réflexions sur l’archéologie » : une brève histoire du « cheminement » de cette discipline de Pierre Salmon, à lire sur Persée.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *