Théâtre

Les 10 plus grandes pièces américaines à découvrir ou redécouvrir… avant la fin de votre abonnement

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - Modifié le 07/09/2016 par le fonctionnaire inconnu

Que retenir de l’essai Le chasseur et le gibier de David Mamet ? Le chasseur, le gibier ou tout autre chose ?!

2013 / Festival de Chatillon sur Chalaronne / Qui a peur de Virginia Woolf - Edward Albee / © Émile Zeizig - mascarille.com
2013 / Festival de Chatillon sur Chalaronne / Qui a peur de Virginia Woolf - Edward Albee / © Émile Zeizig - mascarille.com



Cela fait trois semaines que je l’ai emprunté et je ne l’ai toujours pas fini. J’en suis à la moitié et je vais devoir le rendre (car oui, nous aussi bibliothécaires, devons aussi rendre les livres après 3 semaines de prêt). Je vais le rendre pour ne pas payer de pénalité (car oui, nous aussi bibliothécaires, devons payer des pénalités en cas de retard). Mais je vais le rendre aussi car je crois que je n’arriverai jamais au bout. Un peu ardu, le livre…

Dans Le chasseur et le gibier, David Mamet évoque dans un style iconoclaste ses grands principes de théâtre et en particulier de mise en scène. Où il prône par exemple la mise en retrait du metteur en scène au profit du texte et des acteurs. Où il s’attaque aux répétitions en considérant qu’elles sont à peu près inutiles, tout comme la formation des acteurs dont il considère que leur talent est inné ou n’est pas, etc.

Au passage, on retient quelques remarques assez pertinentes comme celle concernant les abonnements : « Un public d’abonnés est un public épouvantable. Il est presque toujours sinistre. Pourquoi ? On l’a traîné hors de chez lui. Ces abonnés ne sont pas des amateurs de théâtre, ou alors c’est l’exception, dans des circonstances différentes ; ce sont des pingres à qui l’on a vendu une occasion. Six pièces pour le prix de cinq a l’air d’une bonne idée au moment de l’achat mais en pratique, c’est comme le buffet à volonté : la seule manière de s’assurer qu’on en a eu pour son argent, c’est de se rendre malade. »

Ca balance pas mal, quoi… Ca tire à vue, y’a du spectacle, mais il faut noter que c’est tout de même un peu confus dans les fourrés ! La critique du livre par Brigitte Rémer est d’ailleurs assez critique (!) mais assez juste…

N’empêche, en tant que bibliothécaire, je retiens une chose précieuse de ce livre et qui est à la base même de mon métier : une bibliographie !! David Mamet nous donne en effet la liste de ses 10 meilleures pièces américaines. Me voilà comblé. Et surtout déjà occupé à commander les titres, en livre ou en DVD, qui manquent à notre collection !

- [DVD] Spéciale première / Ben Hecht et Charles MacArthur (1928)
- [DVD] Femmes / Clare Booth Luce (1936)
- [Livre] Notre petite ville / Thornton Wilder (1938)
- [Non édité en français] Le bar aux illusions / William Saroyan (1939)
- [Livre] Ils étaient tous mes fils / Arthur Miller (1946)
- [Livre] Un tramway nommé désir / Tennessee Williams (1947)
- [DVD] Que le meilleur l’emporte / Gore Vidal (1960)
- [Livre] Qui a peur de Virginia Woolf ? / Edward Albee (1962)
- [DVD bientôt disponible] Les garçons de la bande / Mart Crowley (1964)
- [Livre] Doute / John Patrick Shanley (2006)

De quoi lire et voir pour les 3 prochaines semaines. Et peut-être plus en cas de prolongation…

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *