Des hommes en transition

2nd partie : Les initiatives de transition individuelle

- temps de lecture approximatif de 6 minutes 6 min - Modifié le 25/03/2020 par Maud C

Quel impact avons-nous sur l’environnement ? Dois-t ‘on se culpabiliser de notre consommation à outrance et de nos modes de vies peu en accord avec nos principes écologiques ? Initier le changement, décloisonner ses habitudes est un processus long, ambitieux mais surtout personnel. Après avoir vu quelques exemples d’actions politiques et de transitions collectives dans un article précédent, venons-en à ceux qui expérimentent dans leur quotidien des solutions pour construire un monde plus durable, solidaire et heureux.

Zero, Waste
Zero, Waste

L’engagement éco-citoyen : changer le monde au quotidien

Réaliser une action écocitoyenne par jour pendant un an, c’est le défi personnel que s’est lancé Julien Vidal, 32 ans, auteur de Ça commence par moi. Après des études de droit et de politique internationale, il s’engage quatre ans sous l’égide du Volontariat International. De retour en France, il se lance dans l’aventure « ça commence par moi » en créant une association loi 1901. Persuadé de l’importance de l’organisation collective, l’auteur sait aussi que nous devons commencer par agir individuellement, de manière concrète, au quotidien, avant de trouver sa place dans un mouvement général de plus grande ampleur.  Son objectif ? Inciter chacun à réduire son empreinte écologique et construire un monde meilleur, par le biais de solutions simples, efficaces, économiques, à appliquer jour après jour.

« Nombre de nos victoires se jouent dans l’intimité de nos logements, dans la répétition de nos trajets, dans la solitude de notre consommation. Ce changement silencieux est bien là et il s’amplifie de manière exponentielle. » Julien Vidal

Afin de partager son expérience et fédérer une éco-citoyenneté ambitieuse, Julien Vidal a fondé en 2018 la plateforme cacommenceparmoi.org. Consommation, transports, éducation, numérique…le site offre de nombreuses idées d’actions à choisir selon leur domaine, leur impact, leur rapidité ou les économies qu’elles permettront de réaliser. On y trouve également des articles, vidéos et podcasts pour mieux comprendre les enjeux écologiques ainsi que des fiches très didactiques pour sensibiliser ses collègues, ses amis ou sa famille à un nouveau mode de vie plus responsable. Chacun est invité à partager ses réussites éco-citoyennes sur les réseaux sociaux avec le #CaVaChangerAvecNous.

Parmi les idées proposées par Julien Vidal se trouve le bilan carbone personnel, un moyen efficace de faire une analyse poussée de ses pratiques quotidiennes et de leurs répercussions sur l’environnement mais également d’envisager des manières de les améliorer. Le site de l’association française Avenir climatique met à disposition des internautes Mic Mac, un outil gratuit et très précis qui permet de calculer son impact écologique dans tous les domaines de notre quotidien : logement, alimentation, transport, biens et services, finances… D’autres outils sont disponibles en ligne comme le Footprint calculator de l’ONG Global footprint network, à l’origine du concept du “Jour du dépassement”.

 

La consommation responsable : faire rimer écologie et économies

La consommation, alimentaire, de biens courants ou de loisirs, est l’un des premiers points sur lequel agir facilement dans le cadre d’une démarche de transition écologique. Rompre avec ses habitudes de consommation conventionnelle ne fera pas de nous des héros de l’écologie mais pourtant, cela aura des répercussions rapides et concrètes sur l’économie, l’environnement, la santé et la société.

Favoriser le partage d’expériences, de pratiques et de savoirs pour consommer moins, mieux et autrement, c’est l’objectif de Ecofrugal Project SAS. Cette société propose des ateliers gratuits pour les particuliers qui souhaitent échanger, dans la bonne humeur, leurs astuces pour retrouver leur pouvoir d’achat tout en protégeant la planète. De ces réunions fructueuses aux quatre coins de la France est né en 2018 Le Guide Ecofrugal, disponible en ligne au format PDF. Les contributeurs ont sélectionné les meilleures solutions économiques et écologiques à adopter dans tous les domaines du quotidien (transport, habillement, famille…).

« Avec les solutions écofrugales […] nous allons pouvoir augmenter notre niveau de vie;  celui qui contribue au bonheur, à l’épanouissement individuel et collectif ; celui qui satisfait nos besoins, nos désirs sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire plus tard les leurs. » La Team Ecofrugal

S’éloigner des sentiers battus de la consommation pour tenter l’aventure des circuits courts, de l’agriculture biologique et du commerce équitable, c’est le pari que s’est lancé Chloé Landriot. Au sein du guide La famille sans supermarché, édité en 2019, elle témoigne de deux années de consommation alternative. Au cours de cette expérience, la famille a pu tester de nouveaux modes d’approvisionnement (marchers, AMAP, cueillette, épicerie bio, paniers de produits frais, courses en vrac…) près de chez eux mais également sur leurs lieux de vacances. Ils ont aussi appris à lutter contre le gaspillage avec des associations, éviter les achats superflus d’objets et de vêtements et ils ont surtout pris le temps de se déconnecter…pour se reconnecter aux autres. Loin de culpabilisation écologique, Chloé Landriot donne à voir une autre façon de penser, faire et vivre ses courses, celle du consommacteur.

Le meilleur moyen de consommer moins et mieux reste de faire le plus de choses possibles soi-même. Cet engouement pour le Do it Yourself se retrouve aussi bien dans la cuisine, la beauté, le ménage, que dans le bricolage ou le jardin. L’ouvrage de la naturopathe Stéphanie Chica, J’adopte la green attitude !, en est l’illustration. Paru en 2018, ce guide pratique livre plus de 200 conseils et recettes pour vivre pleinement et harmonieusement avec notre environnement. Les recettes de cosmétiques naturels, saines et économiques, côtoient celles réalisées à partir de savoureux légumes biologiques de saisons, quand elles ne servent pas à nettoyer sa maison du sol au plafond avec des ingrédients basiques mais dont l’efficacité a fait ses preuves. Pour l’auteure, adopter la green attitude, « c’est trouver des solutions simples pour un quotidien plus sain, naturel et écoresponsable. »

 

Zéro déchet : réduire concrètement son impact environnemental

Mode éphémère pour certains, véritable philosophie de vie pour d’autres, le zéro déchet influence de plus en plus la vie quotidienne des citoyens soucieux de leur bien-être et de celui de la planète.

Avant d’être popularisé en France, ce concept a vu le jour aux Etats-Unis grâce à une française expatriée : Béa Jonhson. C’est à la suite de la crise économique de 2008 et après un déménagement dans un petit appartement de San Francisco que la famille Jonhson découvre la vie zéro déchet et zéro gaspillage Alors que toutes leurs possessions matérielles sont stockées dans un garde-meubles, ils s’engagent dans un mode de vie minimaliste et une consommation plus responsable. En quelques années, les quatre membres de la famille sont passés d’une poubelle de 240 litres par semaine à un bocal d’un quart de litre par an. Cette expérience qui a passionné les Américains, Béa Jonhson la partage lors des conférences qu’elle anime à l’internationale et dans un livre, Zéro déchet, édité en 2013 dans sa traduction française. Sa philosophie tient en cinq principes :

  • Refuser le superflu ;
  • Réduire le nécessaire ;
  • Réutiliser ce que l’on achète ;
  • Recycler tout ce que l’on n’a pas pu refuser ;
  • Composter le reste.

« Le Zéro Déchet n’est pas une mode, c’est une nécessité, un devoir. Ne perdons plus un instant pour lui donner une chance d’enrichir notre quotidien, de donner un sens à notre passage sur Terre. »    Béa Jonhson

En France, le mouvement a pris son essor sur Internet, notamment via des blogs dédiés à ce sujet. Celui de la famille Zéro déchet relate leur soudaine prise de conscience écologique et leur décision d’éliminer 95% des déchets de leur quotidien pour gagner en qualité de vie.

Avec humour et autodérision, Jérémie Pichon et Bénédicte Moret proposent des conseils pratiques et des alternatives dans tous les pans du quotidien pour améliorer son écobilan familial, diminuer les produits toxiques et réaliser des économies. Tiré du blog, un guide pratique a vu le jour en 2016 : Famille zéro déchet: ze guide. On y retrouve diverses recettes pour déboucher son évier, lutter contre les poux et survivre à Halloween, le tout sous forme de carnet de bord avec un plan d’action détaillé et 10 défis Zéro Déchet pour se lancer.

Si le zéro déchet a fait une irruption récente sur la Toile et les réseaux sociaux, d’autres acteurs œuvrent déjà depuis plusieurs décennies pour tenter d’enrayer la pollution engendrée par la civilisation industrielle. L’association Zero Waste France a décidé en 1997 de s’attaquer à la source du problème : la production de déchets et, plus largement, le gaspillage des ressources naturelles. Ses missions sont regroupées sous trois catégories :

  • Analyser et expliquer les enjeux de la gestion des déchets et du gaspillage : surconsommation des ressources, pollutions, implications économiques et sociales, en informant les citoyens et les autres acteurs sur les solutions et moyens qui peuvent leur permettre d’agir sur cette situation.
  • Interpeller les pouvoirs publics afin de faire avancer la réglementation dans le sens du zéro déchet et faire entendre la voix des citoyens dans l’élaboration des politiques publiques.
  • Conseiller, former et créer des outils pour aider les collectivités, les entrepreneurs et les associations locales à mettre en œuvre la démarche zéro déchet, zéro gaspillage.

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *