logo-article

Photomontages antinazis

le photomontage comme arme politique

Helmut Herzfeld alias John Heartfield

Précurseur du photomontage dès 1921, proche du mouvement Dada, communiste, l’artiste allemand John Heartfield de son vrai nom Helmut Herzfeld (1891-1968) découpe des images de l'actualité pour en changer le sens pendant les années 1920-30, en pleine montée des nationalismes.

L’artiste se joue des images de propagande nazie, fasciste ou guerrière et dénonce énergiquement leur caractère violent et raciste.

Plus de 200 photomontages ont servi de couverture au journal ouvrier « Arbeiter Illustrierte Zeitung ». John Heartfield milite activement en multipliant ses photomontages sur d’autres supports comme des tracts, des affiches, des illustrations de livres …

Dans ses photomontages, Heartfield ridiculise Adolf Hitler et les nazis : Hitler est caricaturé en ogre, en marionnette-jouet des financiers et les nazis en papillons. Un photomontage montre aussi par exemple le visage de Benito Mussolini à demi fondu représentant une tête de mort. Des événements tels les Jeux Olympiques de Berlin en 1936 sont parodiés dans des photomontages ironiques ou suggérant la peur.

Risquant sa vie, en 1933 il a dû se réfugier en Tchécoslovaquie puis en 1938 en Angleterre pour créer ses photomontages.

Un écho de sa démarche politique peut se retrouver en France chez l’artiste Marinus dans les années 1930-40.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *