logo-article

La Trilogie

Les éditions Hazan rééditent les trois premiers livres mythiques du photographe américain Ralph Gibson.

A l’occasion de l’exposition « Ralph Gibson. La Trilogie, 1970-1974 », présentée au Pavillon Populaire, à Montpellier, les éditions Hazan ont eu l’excellente idée de publier en un volume les trois premiers ouvrages de Ralph Gibson, édités à l’origine par sa société Lustrum Press : The Somnanbulist (1970), Déjà-Vu (1973) et Days at Sea (1974).

Après un bref passage en 1967 par l’agence Magnum, Ralph Gibson est convaincu que le photoreportage n’est pas fait pour lui et qu’il doit travailler à trouver un mode d’expression plus personnel. Il pense alors au livre pour accueillir les photographies qu’il reconnait correspondre à sa démarche photographique, fondant alors sa propre maison d’édition pour en maîtriser entièrement la réalisation.

Le style de Ralph Gibson est très affirmé. Il repose sur un mode opératoire bien établi : de forts contrastes entre les plages noires et les plages blanches, une proximité de prise de vue, des sujets coupés ou décadrés, des états de lumière qui révèlent le sujet, dans sa forme et sa texture. Son attention ontologique vis à vis du médium est permanente, il déclare : « A l’instant où j’expose la pellicule, j’imagine les rayons de lumière qui pénètrent l’émulsion, réchauffent les halogénures d’argent et créent une image encore invisible. »

A part un court avertissement au lecteur placé au début du livre The Somnanbulist, les photographies sont libres de texte ou de légende. Le lecteur est invité à voyager à son gré, maître de son rythme et de son vagabondage imaginaire, s’arrêtant sur une image qui l’interroge, comparant les éléments qui se répondent dans les diptyques, poursuivant sa lecture à la recherche d’indices récurrents. Seul le titre engage à une appréhension poétique des images, à la fois étranges et oniriques, mais aussi bien réelles.

Dans les collections de la bibliothèque municipale de Lyon

Outre les éditions originales des deux titres The Somnanbulist et Days at Sea, nous possédons d’autres ouvrages tout aussi remarquables :

Réfractions : pensées sur l’art et la photographie / Ralph Gibson.

L’auteur livre ses propres réflexions sur le médium. Il publie des notes inédites sur sa pratique photographique, dans tous ses aspects, autant techniques qu’esthétiques.

Ralph Gibson [Revue]. Les Cahiers de la Photographie, n° 22, 1988.

Numéro entièrement consacré à Ralph Gibson de la revue Les Cahiers de la Photographie, dirigée par Claude Nori et dont Gilles Mora était le rédacteur en chef.

Deus ex Machina / Ralph Gibson.

Gros ouvrage rétrospectif de photographies, de 1960 à 1999, rassemblées et commentées par l’auteur lui-même.

L’Histoire de France / Ralph Gibson.

Premier livre tout en couleurs de Ralph Gibson, ayant pour sujet la France, pays dont il aimait particulièrement la culture, avec une préface de Marguerite Duras.

Le livre de photographies. 01 : une histoire / Martin Parr et Gerry Badger.

Une extraordinaire histoire du livre photo en trois volumes, dont le premier volume, qui présente 200 livres, fait état de La Trilogie. En voici un court extrait :

« La trilogie de Ralph Gibson publiée par Lustrum Press vers le milieu des années 1970 reçoit un accueil fabuleux et exercera une grande influence. Dès le premier livre, The Somnambulist (Le Somnambule), Gibson fait pénétrer le stream of consciousness dans un territoire nouveau et intrigant : l’inconscient. La brève introduction, adressée au gentle reader (au doux lecteur), explique : « Une suite onirique où toute chose est réelle. Peut-être même plus réelle. »

on Lustrum Press : The Somnanbulist (1970), Déjà-Vu (1973) et Days at Sea (1974).

Après un bref passage en 1967 par l’agence Magnum, Ralph Gibson est convaincu que le photoreportage n’est pas fait pour lui et qu’il doit travailler à trouver un mode d’expression plus singulier. Il pense alors au livre pour accueillir les photographies qu’il reconnait correspondre à sa démarche photographique, fondant alors sa propre maison d’édition pour en maîtriser entièrement la réalisation.

Le style de Ralph Gibson est très affirmé. Il repose sur un mode opératoire bien établi : de forts contrastes entre les plages noires et les plages blanches, une proximité de prise de vue, des sujets coupés ou décadrés, des états de lumière qui révèlent le sujet, dans sa forme et sa texture. Son attention ontologique vis à vis du médium est permanente, il déclare :

Dans les collections de la bibliothèque municipale de Lyon

Outre les éditions originales des deux titres The Somnanbulist et Days at Sea, nous possédons d’autres ouvrages tout aussi remarquables :

Réfractions : pensées sur l’art et la photographie / Ralph Gibson.

L’auteur livre ses propres réflexions sur le médium. Il publie des notes inédites sur sa pratique photographique, dans tous ses aspects, autant techniques qu’esthétiques.

Ralph Gibson [Revue]. Les Cahiers de la Photographie, n° 22, 1988.

Numéro entièrement consacré à Ralph Gibson de la revue Les Cahiers de la Photographie, dirigée par Claude Nori et dont Gilles Mora était le rédacteur en chef.

Deus ex Machina / Ralph Gibson.

Gros ouvrage rétrospectif de photographies, de 1960 à 1999, rassemblées et commentées par l’auteur lui-même.

L’Histoire de France / Ralph Gibson.

Premier livre tout en couleurs de Ralph Gibson, ayant pour sujet la France, pays dont il aimait particulièrement la culture, avec une préface de Marguerite Duras.

Le livre de photographies. 01 : une histoire / Martin Parr et Gerry Badger.

Une extraordinaire histoire du livre photo en trois volumes, dont le premier volume, qui présente 200 livres, fait état de La Trilogie. En voici un court extrait :

« La trilogie de Ralph Gibson publiée par Lustrum Press vers le milieu des années 1970 reçoit un accueil fabuleux et exercera une grande influence. Dès le premier livre, The Somnambulist (Le Somnambule), Gibson fait pénétrer le stream of consciousness dans un territoire nouveau et intrigant : l’inconscient. La brève introduction, adressée au gentle reader (au doux lecteur), explique : « Une suite onirique où toute chose est réelle. Peut-être même plus réelle. »

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *