logo-article

Comment pensent les forêts

Vers une anthropologie au-delà de l'humain

Eduardo Kohn

Un livre où les fourmis, les jaguars, les arbres et tous les habitants de la forêt pensent

Pour Eduardo Kohn, l’anthropologie doit délaisser l’homme pour s’intéresser plus largement aux sujets vivants, aux non-humains, qui, même s’ils n’ont pas de langage, influent sur l’environnement et se transforment à son contact. C’est en vivant avec des Indiens Runa d’Amazonie que l’auteur se rend compte que les animaux ont un point de vue : les tiques, s’attaquant à tous les mammifères à sang chaud, créent de leur point de vue une espèce, les proies à piquer, le jaguar crée lui aussi une espèce, les proies à manger. C’est ainsi que les indiens Runa appréhendent leur monde, et pour chasser, échapper au danger, vivre dans la forêt, adopte son point de vue, se mettent à la place des autres sujets. La forêt produit du sens, que les indiens perçoivent, et c’est cette « pensée sylvestre » qu’Eduardo Kohn nous permet d’approcher dans un livre envoûtant.

Il participe ainsi de tout un courant en anthropologie et dans les sciences sociales que la préface de Philippe Descola resitue. Les questions actuellement posées par la destruction de notre environnement nourrissent de nombreuses réflexions sur la place de l’homme dans l’univers, qui se retrouve Face à Gaïa pour Bruno Latour. Ainsi la discipline (re)nommée  mésologie  par Augustin Berque étudie les interactions des êtres humains et non humains entre eux et avec leur milieu en essayant d’éviter tout anthropocentrisme. C’est vers l’Asie que se tournent alors les auteurs dans Poétique de la terre  ou Milieu. Mais ce décentrement peut également venir du sujet étudié comme le montrent Denis Vidal dans Au-delà de l’humain : dieux, robots, figures de cire et autres artefacts ou Eric Baratay dans Biographies animales.
Autant de pistes pour renouveler notre regard, rendre sa magie au monde, poétiser la Terre.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *