William Blake (1757–1827) tel un Elvis Presley…

- par AGdG

logo-article

Cet été, le poète artiste William Blake (1757–1827) a été retrouvé.

Du moins sa tombe.

Dans l’émotion, son épitaphe a été réécrite : « poète artiste prophète ».

Mais, tel une sorte d’Elvis Presley de l’histoire de l’art, seuls les vrais savent qu’en bon prophète ou poète celeste : il n’est pas mort.

Du moins son oeuvre.

Celle-ci sera à l’honneur lors d’une exposition monographique à partir du 11 septembre à la Tate Gallery de Londres.

Pour ceux qui n’aurait pas encore l’appli téléportation, vous pouvez voir un extraordinaire panel de ces œuvres graphiques, notamment des esquisses, études… sur le site du musée et sur le site des Archives William Blake.

Elles et leurs forces vives.

En constellation, bonus track tombe ensoleillée :

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *