And so You See… Robyn Orlin

- Modifié le 09/11/2016 par Hélèna D.

La chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin présente actuellement au Festival d’Automne son nouveau spectacle « And so you see… our honourable blue sky and ever enduring sun… can only be consumed slice by slice… » au Théâtre de la Bastille à Paris.

Un personnage à la peau bleue, « un corps ludique, ironique, tiraillé entre péché, transformation, déclin et éclat, s’embarque dans les « sept péchés capitaux »… » (R.O.)

Chorégraphe majeure de la scène internationale, elle a été longtemps perçue comme l’enfant terrible de la danse sud-africaine avant sa reconnaissance en Europe dans les années 2000.
Nés de parents juifs d’Europe de l’Est ayant fui la menace nazie, marquée dans sa jeunesse par la lutte contre l’apartheid, elle n’a jamais dissocié ses parti pris esthétiques de son engagement politique.

Dans ce solo dédié à Albert Ibokwe Khoza, Robyn Orlin met en avant la complexité et la richesse de la personnalité de ce danseur. «Il est acteur, danseur, sangoma (guérisseur en Afrique du Sud), chrétien et homosexuel. Je veux explorer ce que sont sa réalité, son futur, ses désirs aujourd’hui. »
Elle convoque les traditions, l’histoire du pays en surfant sur la musique de Mozart.

Artiste incisive, drôle et rebelle, elle est convaincue que « l’art ne sert à rien, s’il n’est pas en prise avec le réel ». Albert Ibokwe Khoza, comme Robyn Orlin pensent que le théâtre et la danse, l’art en général, sont des armes de mémoire, de combat, de sensibilisation et de changement.

Pour aller plus loin

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *