L’imaginaire fait (aussi) sa rentrée littéraire 

- par AB

logo-article

Une semaine avant le coup d’envoi du Mois de l’Imaginaire, il nous a semblé que c’était le moment parfait pour vous rappeler qu’au milieu de tous les romans de la rentrée, se cachent aussi des superbes livres de science-fiction, de fantasy, de fantastique, bref de littérature de l’imaginaire. Voici donc quelques conseils totalement subjectifs :

La fracture / Nina Allan (Tristram)

Nina Allan, nouvelliste et romancière (à lire absolument, le fabuleux La course) est de retour. Julie, une ado sans histoire disparaît sans laisser de traces et on n’entend plus parler d’elle pendant 20 ans. Un beau jour, Selena, sa sœur aînée est contactée par quelqu’un qui prétend être Julie. À la méfiance succède l’espoir puis l’incrédulité car l’histoire que sert la revenante ne peut être vraie et nous fait brusquement basculer en pleine science-fiction. Une réussite.


Civilizations / Laurent Binet (Grasset)

Il a manqué trois choses aux Incas pour résister aux conquistadors : le cheval, le fer et les anticorps. Réécrivez l’Histoire et Atahualpa débarque avec toute sa cour dans l’Europe de Charles Quint, bien décidé à faire sa place dans ce monde de barbares. Une uchronie menée tambour battant mais aussi un roman d’aventure à multiples niveaux de lecture, qui n’est pas sans rappeler l’exercice de style des Lettres persanes.


Inkarmation / Pierre Bordage (Leha)

Pierre Bordage, le plus grand auteur d’imaginaire contemporain, est de retour en science-fiction et ça c’est la bonne nouvelle de la rentrée. Il convoque ici ses thèmes de prédilections, technologie, religions et spiritualités, et met en scène une humanité enjeu d’entités qui se déplacent dans le temps. Comme toujours chez l’auteur, on a parfois un peu de mal à le suivre mais il sait très vite nous convaincre et nous embarquer avec lui.


La mosaïque sarantine / Guy Gavriel Kay (L’Atalante)

Paru précédemment sous le titre La Mosaïque de Sarance chez Buchet Chastel, il s’agit d’une nouvelle traduction par Mikaël Cabon de ce classique de la fantasy historique. Comme toujours, l’auteur nous emmène dans un monde légèrement décalé de ce que l’on connaît, ici la Constantinople de Justinien au VIe siècle de notre ère, capitale de l’Empire romain d’Orient. La magie et le surnaturel sont très peu présents, voire absents, donc aucune excuse pour passer à côté de ce chef-d’œuvre.


L’incivilité des fantômes / Rivers Solomon (Aux forges de Vulcain)

Sous ce titre mystérieux se cache un premier roman très réussi, entre le space opera et la dystopie, qui brasse des thèmes d’actualité sans jamais tomber dans le pathos ou l’exposition. La Terre est morte. Dans un vaisseau qui vogue sans fin vers un improbable Eden, les derniers représentants de l’humanité ont recréé une implacable ségrégation raciale. Mais des multiples ponts de cette nouvelle arche, comme autant de microsociétés avec leurs codes et leurs coutumes, une révolte va monter.

Bonnes découvertes et n’oubliez pas : en octobre, l’imaginaire prend le pouvoir !

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *