La littérature au chevet de l’Europe

- Modifié le 05/06/2019 par Benoît S.

logo-article
Parlement Européen

Oyez, oyez ! Le grand barnum des élections européennes vient tout juste de quitter l’espace public et l’Europe va déjà retomber dans l’oubli. Passé le temps des indignations de circonstance et autres « sursauts démocratiques », la littérature vient nous rappeler que le projet européen, et, accessoirement tout projet politique, ne saurait se réduire à la litanie de chiffres doctement récités par les économistes, les sondologues et plus généralement les experts de tout poil.

Voici donc 4 livres pour résister à l’immédiateté de notre temps et réinjecter du désir dans le projet européen :

La capitale de Robert Menasse
Fin observateur de l’union européenne et de ses institutions, Robert Menasse pourfend justement avec verve, dans une satire brillante, la Commission européenne, microcosme peuplé d’experts, de bureaucrates et de lobbyistes. Sous prétexte d’une enquête policière, il nous guide dans cet univers technocratique pour nous offrir une savoureuse description de cette faune.

Sur la route du Danube d’Emmanuel Ruben
« Je voulais remonter le Danube dans le sens des invasions barbares et des grandes migrations (…) à contre-courant de la rotation terrestre, du Drang nach Osten et des vents dominants. » Telle est la profession de foi d’Emmanuel Ruben, écrivain-cycliste, qui nous emporte dans son porte-bagage, dans un périple de 4000 kms. D’Odessa à Strasbourg, voici un récit de voyage qui sort du lot, par ses qualités littéraires.

Les Compromis de Maxime Calligaro et Éric Cardère
Alors qu’elle était sur le point de proposer une nouvelle réglementation européenne sur les moteurs diesels, Sandrine Berger, eurodéputée verte, est retrouvée morte. Elle a chuté du douzième étage du Parlement pour venir s’écraser devant l’hémicycle. « Parce que l’Europe telle qu’on la connaît aujourd’hui est peut-être aussi obscure qu’une abbaye bénédictine du XIVe siècle dans le nord de l’Italie », Maxime Calligaro et Éric Cardère, tous deux attachés parlementaires, tissent une intrigue policière, sous influence du Nom de la rose d’Umberto Eco.

Europeana : une brève histoire du XXe siècle de Patrik Ourednik
C’est un livre inclassable. Un livre aussi malade que le XXe siècle dont est issue la construction européenne. Patrik Ourednik se lance dans une énumération folle des petites et grandes horreurs du XXe siècle européen.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *