John Berger, une oeuvre vitale

- par Département Musique

John Berger est mort le 2 janvier. Il avait 90 ans. Son œuvre est immense, sa vie aura été immense. Écrivain anglais (auteur de romans, de poésies, de théâtre), critique d’art, scénariste de cinéma (pour Alain Tanner), paysan en Haute-Savoie, militant de gauche, peintre, motard, homme de cœur, il a été tout ça. À la Bibliothèque de Lyon  son œuvre comprend 65 références  dont plusieurs publiées chez l’éditeur rhônalpin Champ Vallon.

Pour aborder son œuvre :

Sa trilogie Dans leur travail, romans et nouvelles du terroir à la ville  est peut-être la plus accessible. Elle comprend La Cocadrille, Joue-moi quelque chose (si vous n’en lisez qu’un, lisez celui-ci), Flamme et Lilas.

Ses collaborations avec Jean Mohr, photographe documentariste sont une partie essentielle de son œuvre. Nous vous recommandons particulièrement Une autre façon de raconter et Un métier idéal.

La diversité de son œuvre de critique d’art se retrouve dans L’oiseau blanc (recueil d’articles).

Enfin, voici l’œuvre qui l’a rendu célèbre,  G., qui a reçu le  Booker Prize en 1972.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *