Il y a quelque chose de pourri dans le Royaume …

- par Benoît S.

Si les conséquences du référendum sur le Brexit n’en finissent pas de désespérer chaque jour un peu plus de nombreux citoyens britanniques, il est une catégorie de la population qui s’en réjouit : les romanciers ! L’histoire en marche leur fournissant une matière fictionnelle sans nulle pareille.

Et qui de mieux indiqué que Jonathan Coe, fin observateur du Royaume, spécialiste de la satire politique, depuis son féroce Testament à l’anglaise (1995), pour s’emparer de cette déflagration politique ?

Après avoir disséqué avec acuité et humour les rouages de la machine à broyer Thatchérienne et le mirage des années Blair, le plus français des romanciers anglais nous livre un instantané du Royaume, en pleine tourmente Brexit, dans Le cœur de l’Angleterre, suite du dyptique Bienvenue au club (2002) / Le cercle fermé (2004).

On parierait que l’effet Brexit n’est pas près de se démentir sur la littérature britannique. Notons, à ce sujet, la tétralogie de la romancière écossaise Ali Smith dont le premier tome, Automne, vient d’être traduit en France ainsi que la comédie romantique de la plus anglaise des romancières françaises, Clémentine Beauvais, Brexit romance.

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *