Et vous trouvez ça drôle ?

- par mj

logo-article

Qu’est-ce que l’humour ? Un trait d’esprit, un acte subversif, une illusion ? Des écrivains célèbres en ont joué dans leurs œuvres pour déclencher le sourire voire le rire du lecteur : Cervantès, Diderot ou Voltaire… Pour le traducteur, cette complexité est doublée du fait que dans chaque langue, c’est souvent la culture qui détermine la perception de ce qui est drôle.

Alors comment le traduire ? C’est le thème qui réunira  plus de 40 traducteurs professionnels et lecteurs pour ces 36ème Assises de la traduction littéraire, les 8 et 9 novembre prochains à Arles.

C’est bien beau de rire mais c’est avant  tout le travail de traduction qui est ainsi mis à l’honneur. Le traducteur, ce double de l’écrivain qui vit le plus souvent dans son ombre mais n’en reste pas moins un créateur, dont la tâche est plus ardue qu’il n’y parait.

De grandes figures de la littérature se sont essayées à la traduction : Charles Baudelaire , Marguerite Yourcenar, et André Gide ont traduit respectivement Edgard Allan Poe, Virginia Woolf et William Shakespeare.

Parmi ces hommes et femmes de l’ombre pour n’en citer que quelques-uns : Bernard Hoepffner grand traducteur de l’anglais, , Claude Couffon, traducteur en français des grands noms de la littérature hispanique et latino-américaine ou encore Serge Quadruppani pour l’italien …

Toutes les infos sur les Assises de la traduction littéraire ici

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *