Cryothérapie : attention danger !

- par Sabine Cap'Culture Santé

L’intérêt de la cryothérapie pour les sportifs ou pour soulager divers problèmes de santé n’est pas prouvé alors que ses effets secondaires sont potentiellement graves, alerte l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), rejoignant les conclusions du magazine Que choisir.

La cryothérapie est une technique qui consiste à s’exposer à un froid extrême (-110 °C à -180 °C) pendant trois minutes. Elle est de plus en plus en vogue : environ 300 centres sont répartis sur tout le territoire, parfois tenus par des kinésithérapeutes mais souvent par des personnes sans formation. Les centres promettent monts et merveilles dans leurs brochures sur toutes sortes de pathologies ou de bénéfices pour le corps. L’inserm, de son côté, a analysé la littérature scientifique et les témoignages d’experts ou de patients sur le sujet et conclut «qu’en tout état de cause, la cryothérapie ne peut en aucune façon revendiquer de traiter efficacement des cancers ou d’autres pathologies somatiques sévères».

Par ailleurs, l’inserm relève que  la cryothérapie du corps entier pose par ailleurs d’authentiques problèmes de sécurité. Des effets secondaires bien réels ont été rapportés (brûlures, maux de tête, urticaire chronique au froid…).

Que choisir souligne que, pour l’heure, n’importe qui peut ouvrir un centre, aucune compétence particulière n’est requise. Considérés uniquement sous l’angle d’un dispositif médical par l’administration, ces centres sont soumis à moins de contrôles et de contraintes que des centres médicaux. Alors que la pratique prend une ampleur considérable, les autorités de santé n’ont pas manifesté encore leur intention de l’encadrer.

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *