La transformation du château de La Motte a commencé

- Modifié le 06/11/2019 par Laurent D

logo-article
Parc Sergent Blandan, château de la Motte (Mothe), 7e arrondissement. Jean-Pierre Boursier. © Bibliothèque municipale de Lyon

Partie intégrante du réaménagement du Parc Blandan, la réhabilitation du château de la Motte a commencé. Ce chantier avait pris du retard après le retrait de l’opérateur culturel parisien la Bellevilloise qui avait remporté en 2016 l’appel d’offres pour créer un complexe de loisirs et d’hôtellerie.

Les travaux seront réalisés par le groupe « Carré d’or » immobilier, et le nouvel exploitant pour ce lieu, le groupe E-hôtels-Lyon, qui a déjà œuvré dans la Cour des Loges, dans le Fourvière hôtel, un ancien couvent des Visitandines. Conçu pour devenir un « produit hôtelier multicibles »: tourisme individuel et Mice (acronyme anglais « Meetings, incentives, conferencing, exhibitions »), le nouveau lieu de réception du château de La Motte devrait ouvrir au public en avril 2020.

Respectant le projet d’origine la structure hôtelière sera en partie dans le bâtiment du magasin d’armes de l’ancienne caserne Sergent-Blandan et dans la nouvelle construction de l’Abri (voir article du Progrès daté du 04/11/2019).

Le château de la Motte est l’un des derniers châteaux anciens de Lyon, autrefois très nombreux autour du centre-ville et qui ont disparu peu à peu dans l´urbanisation des XIXe et XXe siècles. La première mention connue de la bâtisse remonte à la fin du XVe. Le château abrita notamment Marie de Médicis lors d’une messe et d’un dîner avant de célébrer son mariage à la cathédrale Saint-Jean avec Henri IV. En 1622, on y prépara la visite de Louis XIII, venu de Montpellier afin de rejoindre sa mère et sa femme.

Au début du 19éme siècle, alors que le Ministère de la Guerre décide la construction d’une ceinture de forts assurant la couverture des faubourgs de la Guillotière et des Brotteaux, le château est enclavé et plus ou moins utilisé pour le logement des officiers jusqu’en 1960, puis de 1960 à 1966, par la Légion Etrangère.

Dès 1960, le recenseur des Monuments historiques propose la protection du bâtiment au titre des Monuments, mais ce n´est que le 4 novembre 1983 que les façades et toitures sont inscrites au titre des Monuments historiques.

Sources consultées :

– Le progrès de Lyon du 04/11/2019

– Lyon Plus du 21/02/2019

Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Musée d’Histoire Militaire

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *