Théâtre

Personnage mythique : Médée

- Modifié le 13/06/2018 par Le département Arts Vivants

Le mythe de Médée n'en finit pas d'inspirer, d'être rejoué ou d'être réécrit... Le pouvoir de la magie et la passion destructrice ont fasciné les créateurs, et les spectateurs, depuis l'Antiquité grecque jusqu'à aujourd'hui. Ici s’expriment les côtés les plus sombres de l’âme humaine qui iront jusqu'au fratricide, au régicide et à l'infanticide ! Voici une bibliographie, loin d'être exhaustive, sur le mythe de Médée dans les arts du spectacle.

Festival d
Festival d'Avignon / 2013 / Festival Off / Les eaux lourdes - Christian Siméon / © Émile Zeizig - mascarille.com

Le mythe de Médée date d’environ 2000 ans avant J.-C. On ne connaît ni la date précise de sa rédaction ni le texte original. Mais en voici le résumé, aussi court que possible !

Le mythe version courte !

Médée est fille du roi de Colchide – détenteur de la Toison d’Or – et de l’Océanide Idye. Elle est donc à la fois d’ascendance royale et divine. Médée est une puissante magicienne et elle est prêtresse de la déesse Hécate (représentante de la lune noire, symbole de la mort).

Lors de la venue des Argonautes en Colchidie, qui sont à la recherche de la Toison d’Or, elle tombe éperdument amoureuse de Jason. Elle l’aide alors dans sa quête, en opposition à son père. Y étant parvenus, Médée s’enfuit alors avec Jason, non sans assassiner au préalable et dépecer son propre frère !

Une fois parvenus en Thessalie, le roi Pélias refuse le trône à Jason malgré sa réussite dans la quête de la Toison d’Or. Usant de ses pouvoirs magiques, Médée parviendra à le fera assassiner puis manger par ses propres filles !

Médée et Jason se réfugient ensuite à Corinthe où ils auront deux enfants. Au bout de quelques années, Jason répudie Médée pour épouser Glaucé la fille du roi. Médée tue alors la prétendante, incendie le palais et égorge ses propres enfants avant de s’enfuir sur un char céleste.

Antiquité

Ce mythe a fasciné les grecs qui, déjà, l’ont constamment réécrit et enrichi au fil des siècles. C’est la version d’Euripide, du 5ème siècle avant J.-C. qui est la plus ancienne à nous être parvenue et qui fait référence.

-Médée / Euripide (théâtre, 431 av. J.-C.)
Euripide démarre sa tragédie sur le sol de Corinthe, tandis que les deux protagonistes sont déjà parents et que Jason est sur le point d’épouser Glaucé.

-Médée / Sénèque  environ (théâtre, 63-64 ap. J.-C.)
La pièce de l’auteur romain Sénèque se base en partie sur celle d’Euripide. Il y condamne Médée comme un monstre inhumain en pleine possession de ses choix.

Epoque Classique

-Médée / Corneille (théâtre, 1635)

Ce n’est pas la seule mais la version la plus connue de cette période, c’est évidemment celle de Corneille.

Bien que la version de Corneille s’inscrive encore dans la vision que Sénèque a de Médée, celle d’une femme pleinement responsable de ses actes, le classicisme va progressivement orienter sa lecture vers l’expression des passions et de l’humiliation dont Médée serait alors victime. Ce sont ces passions qui la pousseraient au crime.

Vous trouverez ici une introduction sur Médée à l’âge classique par Anne Piéjus, membre du CNRS.

- Médée / Marc Antoine Charpentier (opéra, 1693)
Le mythe trouve rapidement sa place à l’opéra. Même si cette version de Charpentier n’avait alors pas connu un très grand succès.

- Médée / Luigi Cherubini (opéra, 1797)
Celui-ci est composé par Luigi Cherubini, avec un livret de François Benoît Hoffman.
Dans une mise en scène contemporaine, où Médée, face à la violence de l’ordre social, prend des allures d’Amy Winehouse !!…

Epoque contemporaine

- Médée / Jean Anouilh (théâtre, 1953)
Se veut proche d’Antigone, tant dans sa chronologie que dans son inspiration : il s’agit de montrer la solitude ontologique de l’être face à l’Histoire. Vous trouverez ici un commentaire comparé des deux pièces de l’auteur.

-Médée / Pier Paolo Pasolini (cinéma, 1969)
Le film de Pasolini d’après la version d’Euripide. S’articule autour de la fin d’un monde et l’avènement d’un nouveau. A lire, le cahier de notes du réalisateur.

-Médée-Matériau / Heiner Müller (théâtre, 1974)
À partir des fragments de textes écrits à des époques différentes, Müller joint des résidus d’histoire. En actualisant la figure de Médée, le célèbre dramaturge pose la question de l’homme confronté à la mort, la trahison, la violence… au moyen de métaphores empruntées à la guerre, à l’érotisme et à la maladie.

- Médée / Franca Rame et Dario Fo (théâtre, 1979)
Courte pièce, avec une approche plus féministe. Une des seules versions écrite par une femme (avec notamment le roman de Christa Wolf).

- Médée / Max Rouquette (théâtre, 1989)
Reprend quasiment le canevas d’Euripide. Son originalité est cependant de faire de Médée une mûlatre, une bohémienne livrée à l’errance.

-Manhattan Medea / Dea Loher (théâtre, 1999)
Transpose dans un univers contemporain et new-yorkais le mythe. Médée et Jason sont deux émigrés clandestins dans l’underground new-yorkais quand Jason va rencontrer la fille d’un riche homme d’affaires…

- Médée Kali / Laurent Gaudé (théâtre, 2003)
Médée a tué ses enfants et s’est enfuie, laissant Jason pétrifié d’horreur. Si elle revient aujourd’hui, c’est pour terminer ce qu’elle a fait : sortir les corps de leur arrogant cercueil de marbre, les exhumer et les brûler pour qu’il n’en reste rien.

-Le songe de Médée / chorégraphie de Angelin Preljocaj (danse, 2004)
Pour sa troisième création destinée aux danseurs du Ballet de l’Opéra National de Paris, Angelin Preljocaj s’est, à son tour, approprié ce personnage complexe. « Ce qui m’a inspiré, c’est le sentiment d’injustice qui la poursuit très vite. Voilà une femme qui a tout sacrifié par amour pour Jason. Et quand Jason pourrait lui « renvoyer l’ascenseur », il opte pour le pragmatisme en acceptant d’épouser Glaucé la fille du roi. »

-Les enfants de Médée / Suzanne Osten (théâtre jeunesse, 2009)
Il s’agit ici d’une pièce à destination des enfants, qui traite de la famille et du divorce en revisitant le mythe à l’époque contemporaine. Médée et Jason sont un couple en pleine crise. Leurs enfants, âgés de 5 et 9 ans, vivent ce drame douloureusement…

- Medealand / Sarah Stridsberg (théâtre, 2011)
« L’amour c’est le gaz carbonique du sang. L’amour c’est une punition. Dans le futur, personne n’aimera. L’amour sera supprimé. Une barbarie révolue, incompréhensible et antidémocratique. Tout le monde rira de nous, pauvres fous aimants. »

- Médée, poème enragé / Jean-René Lemoine (théâtre, 2013)
Donne à entendre la voix d’une Médée intemporelle aux deux visages, celui de l’amante désespérée et celui de la femme vengeresse et meurtrière.

- Les eaux lourdes / Christian Siméon (théâtre, 2013)
Une de nos pièces Coup de cœur ! Vingt ans après que Pierre l’ait quitté, l’amour de Mara reste intact. Retour sur le passé trouble de cette famille, entre machination et décomposition, et sur l’amour d’une femme qui l’a conduit à tuer ses fils. La pièce revisite le mythe de Médée et le transpose après la Seconde Guerre mondiale.
- Anatomie d’un désir ; suivi de Médéàs / Lina Prosa (théâtre, 2016)
Deux textes traversés par le personnage de Médée. Par Lina Prosa, auteur de l’excellente trilogie Lampedusa et dont le travail associe recherche et création, autour du mythe, de la science et du théâtre.

Vient de paraître

Pour terminer cette liste quasi sans fin (!), voici deux livres qui viennent de paraître :

-Face à Médée / François Cervantès (théâtre, 2017)
« Moi, je ne peux plus quitter cet amour, je resterai dans le feu Je n’ai nulle part où aller On ne peut pas aimer, et puis ne plus aimer, je ne peux pas comprendre ça Je ne voulais pas que ta fidélité, je voulais ton éternité, je voulais que tu te convertisses à l’amour, et que tu sois fidèle à l’amour. »

Journal de travail qui relate la mise en scène de la pièce de théâtre Médée-matériau de Heiner Müller.

Enregistrer

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “Personnage mythique : Médée”

  1. Editorials dit :

    Many thanks sir, my utmost appreciation for the hard work of your
    team, i am a regular visitor to your site indeed, i thought to, (out of courtsey) provide some suggestion and feedback of my very own , would be thankful if you could reply or acknowledge my recommendations to make this site more content oriented .

    Regards.
    Rana Duggal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *