3

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - par JB

Si vous suivez l'actualité écologique de ces derniers jours, vous avez très certainement appris que le troisième, et ultime, rapport du GIEC de 2022 sur le changement climatique pose un constat des plus alarmants. En effet, il resterait 3 ans à l'humanité pour amorcer une diminution drastique de ses émissions de gaz à effet de serre. Un bien petit chiffre qui matérialise un très grand problème et qui mérite une remise en contexte.

En survolant le dernier rapport du GIEC (un compte rendu rigoureusement scientifique, chapitré et synthétique de 3675 pages dans sa version complète), lectrices et lecteurs avisés seront saisis par le compte à rebours lancé par les dizaines d’experts climat mobilisés pour l’occasion.

3 ans. Les gouvernements de ce monde, et plus particulièrement les signataires des Accords de Paris, disposent d’une mince fenêtre de 3 ans pour amorcer un recul massif de l’utilisation des énergies fossiles au sein de leurs industries et usages particuliers. Autrement dit, l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C d’ici à la fin du siècle deviendra impossible à atteindre dès 2025 si rien n’est entrepris. Les conséquences d’un réchauffement estimé à 3,2°C au rythme actuel rendraient, selon les experts, notre planète proprement inhospitalière à la vie avant 2100. Bien sûr, un tel changement se manifestera par une augmentation globale et progressive des catastrophes naturelles et des phénomènes climatiques extrêmes, impactant de façon alarmante les conditions de vie de toutes les espèces vivantes sur notre planète et plus particulièrement les sociétés humaines.

Même si un tel constat sonne comme un ultimatum des plus catastrophistes, les experts climat de l’ONU consacrent plus de la moitié du rapport à un éventail de scénarios de résolution. Des pistes à courts et longs termes rangées par ordre de priorité, faisabilité, coût et bénéfices aussi bien environnementaux que socio-économiques. La part belle est donnée au financement massif de la recherche dans les énergies renouvelables, de politiques environnementales d’urbanisme et de sauvegarde, voire de reconstitution des écosystèmes.

Concrètement un travail impossible à résumer correctement dans cette courte brève, mais que vous pouvez retrouver :

Ici pour les anglophones : Climate Change 2022 : Impacts, Adaptation and Vulnerability, Summary for Policymakers

Résumé ici par France 24 dans un article du 04/04/2022 : Selon le Giec, l’humanité dispose de trois ans pour réduire ses émissions de CO2

Pour aller plus loin avec la bibliothèque :

Quel climat pour vous, vos enfants, vos petits-enfants ?, MASSON-DELMOTTE, Valérie, Montrouge (Hauts-de-Seine) : Bayard, 2021.

Climat : parlons vrai, JOUZEL, Jean et DENIS, Baptiste, Paris : Editions Les Pérégrines, 2021.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.