Santé et espace : comment ça se passe ?

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - par scorroyer

Thomas Pesquet et les trois autres membres de son équipage ont terminé leur mission le mardi 9 novembre au matin, alors que leur capsule a amerri au large de la Floride. Pourquoi ont-ils été transportés sur des brancards, et quelles sont les conséquences de leur séjour dans l'espace pour leur organisme, c'est ce que nous allons tenter de découvrir maintenant...

Thomas Pesquet et ses équipiers ont retrouvé la terre ferme le 9 novembre dernier. Ce sont des brancards qui les attendaient à leur sortie de la capsule spatiale.  Pourquoi cette précaution ?

Après 6 mois de mission en apesanteur, le retour au sol est difficile. Le retour à la gravité terrestre peut s’avérer compliqué.

Un équilibre difficile à retrouver

En effet, passer autant de temps dans un environnement si différent a modifié les repères et les capacités physiques des astronautes. Ceci explique leur transport sur des brancards, pour éviter des pertes d’équilibre possibles, même dans des situations simples.

Réapprendre à marcher

Leur séjour en apesanteur a provoqué une fonte des muscles, ainsi qu’une diminution de leur masse osseuse, ce qui peut engendrer des fractures.

De plus, après 6 mois sans avoir posé un pied par terre, leurs pieds s’avèrent aussi sensibles que ceux des bébés. Il convient donc d’être très prudent lors de leurs premiers déplacements.

Thomas Pesquet a également expliqué avoir pris sa première douche post-voyage sur un tabouret, afin de pas perdre l’équilibre, ou être victime de vertiges “car la station debout était compliquée immédiatement après le retour sur Terre”.

Des capacités cardiaques moins importantes

Le coeur a aussi rétréci dans l’espace, d’après les précédentes études réalisées auprès d’astronautes revenus des missions précédentes. Il est donc important de ne pas trop le solliciter les premiers jours, le temps qu’il recouvre sa forme “normale”.

Une vue à contrôler

L’astronaute français et ses trois équipiers vont également être très suivis au niveau de leur vision.  Ce contrôle visuel est important parce que certains astronautes ont été victimes de déficience oculaire irréversible, à leur retour sur terre. Ces troubles de la vue sont liés à l’absence de gravité comme l’ont démontré des chercheurs de l’Université de Miami en 2017.

Une capacité musculaire et osseuse à retrouver

Musculairement, Thomas Pesquet devra également récupérer petit-à-petit, car comme il l’a expliqué son retour, “Dans les premières heures, chaque mouvement coûte. Son corps doit se réhabituer à travailler avec la gravité comme il l’a dit lui même : “C’est cela la gravité : l’équivalent d’un gros élastique qui retient tout au sol””.

En effet, l’absence de gravité provoque la fonte des muscles et une réduction de la densité osseuse.

Pour retrouver sa musculature et les capacités antérieures au séjour spatial, l’astronaute va terminer chacune de ses journées par deux heures de sport. Afin de s’entraîner plus facilement, le tapis roulant de la salle d’activité physique qu’il va utiliser est équipé d’un tapis de course “antigravité”. Un compartiment étanche peut en effet se remplir d’air jusqu’au niveau de la taille de l’astronaute, afin de réduire le point de son corps par pression, et de se rapprocher des conditions d’apesanteur que l’astronaute a connu récemment.

Il subira également des examens afin de comprendre comment l’apesanteur a modifié ses capacités physiologiques, et un IRM afin de connaître l’évolution de ses performances cognitives après le vol. D’après les précédentes études menées depuis 2016 sur les capacités cognitives sur le cerveau des astronautes à leur retour de mission, plus les missions sont longues, plus les capacités cognitives des participants s’avéraient modifiées : diminution du volume du cerveau, plus  particulièrement concernant les zones cérébrales liées aux membres inférieurs, variation de la substance blanche qui sert à la communication entre les neurones….

Différents éléments vont être analysés dans les mois à venir, afin de savoir sur leur effet va s’avérer durable, ou s’il va s’inverser, et revenir à la normale.

Voici donc différentes questions à éclaircir pour les astronautes et leur équipe avant d’envisager un nouvel objectif : un voyage sur Mars.

Plus d’informations sur :

Sciences et avenir : Retour à la gravité pour Thomas Pesquet et début des examens médicaux

Europe 1 : retour de Thomas Pesquet : quels examens médicaux va devoir passer l’astronaute

France Bleu : Objectif Lune, travail intense douche chaude : Thomas Pesquet s’exprime après son retour sur Terre

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “Santé et espace : comment ça se passe ?”

  1. Guiance dit :

    Bonjour,
    Peut-on espérer contourner les contraintes liées à l’apesanteur pour aller sur Mars, à fortiori sur Mars avant 20 ans.
    Merci pour vos réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *