Marions nous ! oui mais comment se rencontrer ?

enquête sur les sites de rencontre

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - Modifié le 16/08/2016 par Entshukdigubg

Recourir à un site de rencontre en ligne pour rencontrer l’ âme sœur, c’est comme prendre un billet de loterie pour faire fortune. En effet, peu de chances de rencontrer un bel hidalgo (celui qui a hanté vos siestes de célibataire), inutile de rêver à un mariage hors hexagone, ni de pouvoir réaliser votre levée de fonds en épousant une riche héritière rencontrée sur le net. Mais peut-on espérer rencontrer son futur conjoint ou partenaire sur Internet ?

Site, Rencontre
Site, Rencontre on line dating.- Pixabay

9 % des personnes ayant rencontré leur compagnon actuel entre 2005 et 2013 l’ ont connu via un service en ligne. 2 % des rencontres se sont soldées par un mariage et 7 % par des relations longues. C’est bien peu au vu des promesses  alléchantes annoncées par les sites. Seul un adulte sur trois utilise les rencontres sur Internet. 16 % à 18 % des 18-65 ans se seraient déjà inscrits en 2013. Contrairement aux idées reçues,  c’est beaucoup plus qu’ aux Etats-Unis où  seulement 9 % de la population du même âge est inscrite sur un site de rencontre.

Les plateformes de rencontre en ligne se situent donc à la cinquième place, derrière le lieu de travail, les soirées entre amis, les lieux publics. Confortant l’ image colportée dans le public, les utilisateurs de ces sites sont d’ accord pour dire que les relations qu’ils ont eues sont éphémères et de nature souvent sexuelles. Par contre, le web reste le moyen privilégié de rencontres pour les couples homosexuels.  Entre 2005 et 2013, un couple gay sur  trois s’est formé grâce aux sites de rencontre.

© gpalmisanoadmn/Pixabay

© gpalmisanoadmn/Pixabay

Essentiellement des cadres !

En explorant la pyramide des âges, on constate que les jeunes sont  nombreux à s’inscrire sur ces services (35 % de la population)  pour  rencontrer ou draguer par curiosité…les motivations sont diverses. Les sites jouent un rôle prépondérant dans les remises en couple. Entre 2005 et 2013, seules 5 % des premières unions proviennent des sites, alors que c’est le cas pour 10 % des unions ultérieures. Ces services correspondent  aux attentes des personnes séparées ou divorcées. L ‘inscription sur un site permet d’élargir son cercle de relations bien souvent constitué de couples mariés.

Les enquêtes sur les sites de rencontre montrent que les caractères physiques et sociaux  restent prépondérants dans le choix du partenaire. Nous avons tendance à choisir nos compagnons dans notre milieu social, c’est l’homogamie sociale.  Ainsi, un polytechnicien poussé par sa mère à fréquenter les rallyes pour épouser une fille de son milieu se rebelle mais finit par épouser une …. polytechnicienne. Ce sont essentiellement des cadres supérieurs et intermédiaires qui s’inscrivent sur des sites de rencontre. Mais les autres catégories socioprofessionnelles sont en progression.

Un concept né aux Etats-Unis.

Le  premier site de rencontres a vu le jour du côté de la côte ouest des Etats-Unis en 1986. Son nom : Matchmaker.com. Son ambition est simple : remplacer les agences matrimoniales. Le concept est simple : l’utilisateur crée lui-même son profil, cherche des profils et fait connaissance avec les autres «membres» en échangeant via les chats d’où l’expression consacrée «rencontres en ligne».

Dix ans plus tard, les sites de rencontres font leur apparition en Europe et se substituent aux agences matrimoniales et petites annonces. Le constat est identique à celui des  Etats-Unis : faisant fi des tabous, les utilisateurs utilisent massivement la rencontre on line qui entre dans une nouvelle ère. Aujourd’ hui  surfant sur le dicton « Qui se ressemble s’assemble »,  les sites communautaires explosent. Tous les goûts sont sur le web, les sites religieux ont le vent en poupe. Les chrétiens se retrouvent sur Théotokos, les juifs sur Rencontre juive. Les agriculteurs espèrent trouver leur dulcinée sur  Rencontre agriculteur, les personnes dépressives peuvent se consoler avec  Hommepansement.com.

Solitude © LayneMW/pixabay

Solitude © LayneMW/pixabay

Le marché de la solitude : un succès croissant

Si l’on étudie la saisonnalité des rencontres « online », à  l’exception du mois de décembre, un mois propice aux fêtes de famille, la fréquentation des sites est régulière toute l’année. Néanmoins, les sites enregistrent quelques pics significatifs dans l’année et la journée : les premiers jours après le nouvel an, le lendemain de la Fête des Mères/Pères, au retour des vacances d’été, le soir après les heures de bureau. Derrière ces dates se cachent les frustrations et la solitude d’après-fêtes, le sentiment de passer du trop plein au trop vide.

Rencontrer son alter ego fait intervenir une dimension  humaine importante qui se révèle être  absente des sites en ligne. Les  utilisateurs qui aspirent au grand amour sont bien entendu déçus par les profils des sites : mensonges, effet « supermarché », activité chronophage, et surtout peu de rencontres réelles. Sans illusion mais pourtant pas désabusés, les français sont de plus en plus nombreux à utiliser ce mode de rencontre. Signe des temps,  la virtualité est présente dans chaque instant de nos vies, même en matière d’ amour.

Sources :

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *