logo-article

Tropiques toxiques

Le scandale du chlordécone

Jessica Oublié, Nicola Gobbi, Kathrine Avraam et Vinciane Lebrun

Quand l'homme détruit son environnement et empoisonne la population avec des pesticides pour une logique financière.

Connaissez-vous le chlordécone ? Ce pesticide a été utilisé dans les Antilles entre les années 1970 et les années 1990 dans les bananeraies pour tuer le charançon.

Or ce pesticide a été reconnu toxique dans les années 1970 aux États Unis mais il a fallu plus de 20 ans pour en interdire son utilisation dans les iles.

Ce pesticide met des centaines d’années pour se dégrader dans la nature.

Il se retrouve dans le sol et dans l’eau qui ruisselle des champs traités, cette eau se déverse dans les rivières puis ces rivières se déversent dans la mer.

L’ensemble de la chaine alimentaire est contaminée, car on retrouve du chlordécone dans l’eau du robinet, les poissons pêchés dans la mer, les légumes racines, les œufs de poule et les animaux qui broutent l’herbe des champs.

Ces dégâts collatéraux nous amènent à nous poser de multiples questions :

Que font les différents organismes sensés protéger la santé des populations et de l’environnement ? Sont-ils complices des lobbys industriels et chimiques ?

Comment peut-on encore préférer le rendement  et l’argent par rapport à la protection de l’environnement et à la santé des populations ?

Quelles sont les solutions pour dépolluer les sols ? Quelles sont les conséquences  de cet empoisonnement quotidien sur la santé des habitants ?

Quand vous aurez fini la lecture de cette BD vous vous demanderez si on ne pourrait pas trouver d’autres alternatives aux pesticides et si la logique du marché doit vraiment être au prix du sacrifice de la santé et de l’environnement ?

Vues : 2

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *