logo-article

Tous dans la rue ?

Histoire du premier mai / Maurice Dommanget

Le premier mai est une date marquante dans les mobilisations collectives. Elle est surtout connue de tous et toutes pour être la fête du travail (et un jour chômé en France notamment).

Pourtant, cette fête est à l’origine la Journée internationale de lutte pour les droits des travailleurs, instaurée pour revendiquer annuellement la journée de travail de huit heures.

Maurice Dommanget, instituteur, pédagogue et syndicaliste, proposait en 1953 une histoire du premier mai (presque une biographie) en remontant aux origines des « huit heures » (8 heures de travail, 8 heures de loisirs, 8 heures de sommeil) et à l’histoire de cette lutte sociale pour laquelle les britanniques souhaitent une journée de grève annuelle dès les années 1830. Ce livre  a été mis à jour et actualisé à plusieurs reprises jusqu’en 2006. Une lecture passionnante de cette histoire  se trouve dans le chapitre « le 1er mai dans la chanson et la poésie populaire ».

Danièle Tartakowsky nous le rappelle dans La part du rêve : « En 1889, les organisations ouvrières de 22 pays adoptent le principe d’une grande manifestation internationale pour faire appel d’une même voix aux pouvoirs en place et réclamer la diminution du temps de travail ».

En France, c’est en 1905 que cette date devient un rendez-vous syndical majeur. Les deux ouvrages cités nous plongent dans l’histoire du mouvement social et politique avec une réflexion plus globale sur le destin de cette manifestation de rue à l’heure de l’étiolement de la classe ouvrière.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.