logo-article

Sing me a song

Thomas Balmès

Le Bhoutan, pays du Bonheur National Brut, confronté à la brusque apparition d’Internet et des smartphones.

Le Bhoutan a été un des derniers pays à être connecté à Internet.

A Laya, petit village perché à 4000 m d’altitude dans la chaîne himalayenne, vit le jeune Peyangki. Apprenti moine âgé de 8 ans au début du film, il vit déjà au monastère et rêve de devenir un grand lama, mais il rêve aussi d’habiter dans une maison avec électricité : il voit se construire près du village la route qui reliera son village au monde extérieur et pressent déjà les changements à venir. Peut-être a-t-il conscience, malgré son jeune âge, du conflit qui pourrait naître entre tradition et modernité.

Huit années plus tard, Thomas Balmès, le réalisateur retourne dans ce village désormais électrifié, où des antennes satellite bordent désormais le toit de certaines maisons.  Peyangki, devenu un jeune homme, demeure toujours au monastère mais se réveille dorénavant au son de son smartphone, et ses camarades et lui, tout en psalmodiant leurs mantras, ont les yeux constamment rivés sur leurs écrans, absorbés par les jeux vidéos.  Et comme pour tous les ados du monde, les remontrances de sa mère et de son maître ne tardent pas : « Tu n’apprends plus…tu es tout le temps sur ton portable ! »

La vie rurale, calme et paisible, empreinte de religiosité est bousculée par l’arrivée d’Internet, et les jeunes moines, via des sites de rencontre, sont en émoi devant certaines jeunes filles interprétant avec talent des chansons d’amour, telles des sirènes captant par leurs filets de voix les candides adolescents…

Et voici Peyangki subjugué par Ugyen, avec qui il échange régulièrement des messages énamourés. Mais Ugyen vit loin du village, dans une grande ville qu’il est difficile d’atteindre, à moins de trouver l’argent nécessaire au voyage. Rejoindre celle qui habite ses pensées devient impératif ; alors tant pis pour sa famille, ses études au monastère, il vivra sa romance jusqu’au bout, porté par la puissance d’un premier amour…

 

Un film qui dénonce les ravages d’Internet dans les sociétés traditionnelles du Bhoutan, un pays souvent présenté comme « le pays du bonheur». Pour combien de temps encore ?

 

Interview de Thomas Balmès sur France Culture

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *