logo-article

Sacrées sorcières

Pénélope Bagieu, d'après Roald Dahl

Savez-vous que les sorcières portent des perruques parce qu’elles sont chauves ? Qu’elles dissimulent leurs doigts crochus sous des gants blancs et leurs pieds dépourvus d’orteils dans des escarpins ?

C’est ce que découvre un jeune garçon orphelin grâce aux histoires de sa grand-mère qui le met en garde : les sorcières détestent les enfants ! D’ailleurs ce ne sont pas des histoires, puisque tous deux se trouvent dans le même hôtel qu’une assemblée de sorcières bien décidées à éradiquer tous les enfants d’Angleterre.

Pénélope Bagieu adapte avec gourmandise ce roman de Roald Dahl et le lecteur s’en régale ! Par un trait énergique et des couleurs vives, elle croque une mémorable grand-mère excentrique aux cheveux violets qui fume comme un pompier et déborde d’amour pour son petit-fils. Le show de la Grandissime sorcière exposant son projet d’éradiquer les enfants est terriblement théâtral et la scène finale dans le restaurant de l’hôtel, carrément jouissive.

Le ton fantaisiste n’élude pas le thème de la mort, omniprésent par la disparition tragique des parents, l’angoisse de la disparition probablement prochaine de la grand-mère et le projet meurtrier des sorcières. Mais l’humour conjugué de Roald Dahl et de Pénélope Bagieu atténue la tension.

Une BD ébouriffante, aussi drôle que terrifiante ! Une délicieuse façon de découvrir ou de redécouvrir ce classique de la littérature jeunesse, dès 9 ans.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *