logo-article

Rich White Honky Blues

Hank WILLIAMS Jr

Blues en héritage

Hank Williams Junior est le fils du légendaire Hank Williams Senior (1923-1953). Soit celui qui révolutionna la country music et qui malgré sa courte carrière redéfinit les règles de toute la musique populaire aux Etats-Unis. Mais dans les racines musicales du père était le Blues. Puisque son éducation musicale fut assurée par un vieux chanteur de blues de rue local, Rufus Payne (surnommé Tee Tot). Celui-ci apprit à Hank Williams Sr à jouer de la guitare et à chanter. Par la suite Hank Williams Sr devint la figure emblématique majeure de la Country Music. Il décéda à 30 ans d’abus de toutes sortes laissant à l’Amérique un répertoire musical riche et un pactole pécuniaire à sa famille.

“44 Special blues” – 1:58

https://youtu.be/j-oHf_dBqq8

Depuis Junior est devenu un chanteur de country reconnu. Et après avoir commencé sa carrière en tant qu’imitateur de son père, il a finalement développé sa propre voie. Revendiquant des racines sudistes et un droit à la parole “libre”. Soixante-dix ans après la mort de son icône de père, l’héritier renoue avec ce qui est à la base de sa musique et de celle de son géniteur : le Blues. Il s’est donc établi dans les studios du guitariste des Black Keys : Dan Auerbach. Depuis quelques années celui-ci remet sur le devant de la scène de vieux Bluesman méconnus. Auquel il propose séances d’enregistrement, contrat de production et de diffusion discographique. Mais comme l’indique le titre de l’album ce n’est pas le cas de Junior. Néanmoins Dan Auerbach a réuni les musiciens habituels et expérimentés présents sur ses dernières productions (Kenny Brown, Eric Deacon, lui-même…).

“Fireman ring the Bell” – 5:28

https://youtu.be/6nSRQT0iclQ

Au milieu de quelques compositions originales Hank Williams Junior reprend des standards Blues. Des chansons signées par les plus grands (Robert Johnson, Muddy Waters, Jimmy Reed, RL Burnside… ) et portées sur les plaisirs de la vie.

Au final un bon album de Blues authentique, rugueux, âpre et lourd… chanté par un riche “pequenaud” sudiste qui se dégage des règles de la correction,  mais paradoxalement un album assez proche de l’esprit du Blues.

“My starter won’t start” – 3:14

https://youtu.be/k4L8OzW5mig
Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.