logo-article

Patrick Melrose

Edward Berger, David Nicholls

Patrick Melrose est le portrait bouleversant d'un être à la dérive que son statut social privilégié n’a pas protégé et une critique acerbe de l’aristocratie britannique.

Jeune, riche et blasé, Patrick Melrose évolue dans la très haute société. Il soigne ses tourments liés à l’enfance dans l’alcool et les drogues. La mort de son père exacerbe le mal-être du jeune homme jusqu’à l’autodestruction. Enfant puis adulte, Patrick n’a trouvé de l’aide ni chez sa mère alcoolique, ni dans son entourage aristocratique superficiel, cynique et hypocrite. Même les beaux paysages de la douce Provence où se passe une partie de l’intrigue offrent peu de réconfort. Il faudra des années à notre héros pour trouver la force d’affronter ses démons intérieurs.

Cette mini-série britannique en 5 épisodes est adaptée des romans Mauvaise nouvelle, Peu importe, Une lueur d’espoir, Le Goût de la mère, Enfin d’Edward St. Aubyn.

Chaque épisode à son propre rythme. On bascule d’un premier épisode débridé tandis que Patrick gère la mort de son père à un second épisode au rythme plus alangui lors des vacances en Provence. On jongle entre les décennies, des années 60 aux années 2000. Ces nombreux allers-retours temporels et rythmiques nous permettent de comprendre l’origine des maux qui hantent Patrick et de suivre son cheminement intérieur.

Coté distribution, Benedict Cumberbatch interprète remarquablement un personnage instable mais attachant. Hugo Weaving est glaçant dans le rôle du père. On soulignera également la performance de Sebastian Maltz qui joue Patrick Melrose enfant.

Une série prenante avec des scènes dérangeantes à ne pas mettre devant tous les yeux.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *