logo-article

Partis sans laisser d’adresse

Susin Nielsen

Un roman à la fois émouvant et drôle sur la précarité et l'amitié

Félix, 12 ans, vit avec sa mère Astrid dans un Combi Volkswagen « emprunté ». Le roman débute par l’interrogatoire de l’adolescent par la police. De fil en aiguille, au cours de cet interrogatoire, Félix remonte le cours du temps et raconte à la brigadière qui le questionne comment sa mère et lui en sont arrivés là. Le roman adopte le point de vue du garçon et on s’attache énormément à cet adolescent qui fait face courageusement aux vicissitudes de la vie de SDF et tente de protéger au maximum sa mère. On a parfois l’impression que c’est Félix l’adulte responsable alors qu’Astrid agit souvent de façon très impulsive et plonge son fils et elle dans des galères sans fin. On sent cette jeune femme toujours « borderline » et on tremble pour Félix. L’auteure décrit très bien la relation forte qui unit la mère et le fils et nous plonge avec beaucoup de réalisme dans les difficultés d’une vie de SDF, affronter le froid, trouver des toilettes, des douches, des vêtements propres… Mais il y a également dans ce roman toute une partie qui nous fait rêver en même temps que Félix, c’est le désir de l’adolescent de participer à un jeu télévisé qui lui permettrait, s’il gagne, de remporter 25 000 dollars…

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *