logo-article

L’octopus et moi

Erin Hortle

Que faire quand on ne reconnaît plus son corps ? Cette histoire sensible d'une reconstruction est une plongée au coeur de l'identité féminine, mais aussi un hymne à la nature et à la force que l'on puise en elle.

Lucy est une jeune femme australienne, qui vit sur l’île de Tasmanie, avec Jem, son compagnon. Après un cancer du sein, elle doit être opérée et porter des prothèses. Cela va déclencher chez elle un profond malaise, un sentiment d’étrangeté très dérangeant. Tout au long du roman, on va suivre son long cheminement jusqu’à l’acceptation de son corps.

Ce roman est dépaysant à plusieurs titres. C’est d’abord une plongée au cœur de la nature : la Tasmanie, ses paysages grandioses, l’océan.  C’est la faune surtout, qui est très présente, qui va jouer un grand rôle. La rencontre de Lucy avec une pieuvre femelle sera déterminante pour la suite de l’histoire.

eaglehawkneck.org

Mais il y a un autre thème, peu abordé, plus fascinant encore : le rapport qu’entretient Lucy avec son corps. Ce corps accidenté, transformé, en évolution constante, va presque devenir un personnage à part entière, avec lequel Lucy doit refaire connaissance. Cela va modifier son regard sur elle-même, sur les autres, sur ses choix., et c’est l’occasion pour l’autrice d’interroger la notion de féminité, le couple, avec un regard juste et original.

Hymne à la nature et à la force que l’on puise en elle, et en même temps récit d’une véritable renaissance, c’est une histoire sensible qui ne laisse pas indifférent.

Vues : 0

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *