logo-article

Le Vrai du faux

Koegler, Sébastien et Lamazou, Zoé

Un film touchant

Ce film nous plonge au cœur d’une classe en Seine Saint Denis. Toutes les semaines, elle assiste à un cours “d’autodéfense intellectuelle”.  Sur la base du volontariat, ces élèves apprennent à développer leur esprit critique ou encore à faire la différence entre une vraie information et une théorie du complot.  Ce film est intéressant car on suit les élèves toute au long de leur année. On peut donc remarquer leur évolution, notamment concernant le vote pour les présidentielles car le film a été tourné juste avant les élections de 2017. Ce film est touchant car il nous montre la volonté d’apprendre des élèves. Il montre aussi une autre image des lycées dit “difficiles”.

La professeure Sophie Mazet est au centre de ce film. Elle est à l’origine de ce cours optionnel, qu’elle a créé dans ce lycée. Elle va notamment stimuler ses élèves en leur proposant des ateliers aussi diversifiés les uns que les autres. Par exemple : créer sa propre secte (pour voir le mécanisme), écrire un discours politiques avec des mots “hourra” (qui suscitent l’attention) et la création d’un faux procès pour développer leur éloquence et leur rhétorique. Les élèves font preuve d’une grande imagination avec un vocabulaire soutenu et adapté à la situation.

On sent qu’il y a une vraie relation entre le professeur et ses élèves. A la fin du film le professeur emmène ses élèves au camp des milles (ancien camp de déportation durant la seconde guerre mondiale) dans le sud de la France. Cette visite intervient dans le cadre des cours d’auto-défense intellectuelle.

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi découvrir les deux livres de Sophie Mazet sur l’auto-défense intellectuelle:

Manuel d’autodéfense intellectuelle & Autodéfense intellectuelle, le retour

 

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.