logo-article

Le tambour de la Moskova

Simon Spruyt

« Pas du tout l’entrée triomphale que tu t’étais imaginé. »

Le tambour de la Moskova est une bande dessinée attirante.

Le graphisme, les couleurs, accrochent ou repoussent le lecteur.

Une panoplie de dégradés de lumières, de tons et teintes accompagnent une monotonie spectaculaire et une violence écrasante.

 

 

Simon Spruyt est un coloriste accompli et un dessinateur dont le trait est un langage aux multiples nuances narratives.

Voici, donc, l’histoire de Vincent Bosse, « la gueule d’ange », tambour des troupes napoléoniennes.

Lorsqu’on le voit, il donne confiance au futur.

Il paraitrait que Napoléon lui aurait souris 2 fois.

Au début du récit, l’optimisme doit être présent car les troupes napoléoniennes se dirigent vers Moscou, nous sommes en 1812.

Prix Wolinski de la BD du « Point » 2021 : « Le Tambour de ...

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/968x546/public/tambour-de-la-moskova-p4.jpg?itok=Kwwb2qlK

Nous n’en dirons pas plus, à vous de découvrir la personnalité de Vincent Bosse dans ce contexte historique où la débâcle Napoléonienne n’est pas feinte.

 

Le Tambour de la Moskova méritait bien que se posent sur lui la couleur épique de Simon Spruyt. ».

A vous de voir.

Simon Spruyt est aussi l’auteur de Junker, à découvrir aussi au Bachut.

https://cdn-s-www.estrepublicain.fr/images/7f867b1d-2d5d-4f9e-8644-b8eb12aee003/NW_raw/title-1616429229.jpg

 

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *