logo-article

Le musée des femmes assassinées

Maria Hummel

La consommation du corps féminin dans l'art et les médias, une mise en abîme dans les coulisses de la fascination de la violence .

Le Rocque Museum se prépare à l’événement de l’année, le vernissage de “Natures mortes” : une série de onze autoportraits dans lesquels la célèbre artiste Kim Lord incarne des femmes assassinées ayant défrayé la chronique ; des faits divers, réels, non élucidés pour la plupart..

Une exposition sulfureuse, la disparition de l’artiste lors du vernissage, des collectionneurs ou revendeurs qui règnent en prédateurs sur la reconnaissance ou non d’un artiste, le pouvoir, la place des femmes dans l’art contemporain de l’ouest américain ..

Thriller intelligent, réflexif sur la consommation et fétichisation des femmes, vivantes ou mortes..Une plongée, dans les dérives du monde de l’art contemporain, la fascination (morbide ?) de la violence.. ,

L’auteur qui a auparavant, travaillé au Moca, part de son expérience personnelle, et maitrise totalement l’intrigue  à la fois artistique et criminelle.

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.