logo-article

Ce qu’il faut de nuit

Laurent Petitmangin

« Que toutes nos vies, malgré leur incroyable linéarité de façade, n’étaient qu’accidents, hasards, croisements et rendez-vous manqués. »

Un père raconte sa sombre vie depuis le décès de sa femme.

Il comble le vide en regardant le samedi son fils ainé – Fus – jouer au foot, et la semaine, il erre entre boulot et l’école du benjamin.

Fus est un soutien pour le père et le petit frère qui l’adore.

 

Ce père technicien à la SNCF est un militant socialiste. Pour lui ses valeurs politiques, qu’il partageait avec sa femme, sont inébranlables.

Mais un jour ses certitudes vont être ébranlées.

 

Fus traine avec des jeunes liés à l’extrême droite.

Alors, le récit se fige sur cet événement.

 

Comment ce père va-il réagir face à ce fils qu’il aime mais dont le chemin n’est pas le sien ?

Fus va-il comprendre que ce parcours renie les valeurs familiales ?

 

Au début, ils parlent. Mais ensuite, ils choisissent le silence.

 

Ce qu’il faut de nuit est un court roman qui colle à la vie tant par un style d’écriture familier que par une histoire collant au quotidien. Ici, tout est possible.

 

Une émotion pesante envahit le récit dès les premières pages.

Et au fur à mesure des pages, les prises de conscience du père sont des pensées philosophiques d’une belle intensité.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *