Willem Van Genk, collection d’art brut de Lausanne

- Dalli

logo-article
Willem Van Genk

« Ce que je peins et ce que je dessine, ce sont des détritus. C’est ce que je suis moi-même. Mais en même temps, on peut être le chef des trolleybus, même si on est un sac de nerfs. Le roi des gares, l’empereur des places urbaines, des trains qui se précipitent à travers le monde et dans ma tête. Tout ce que je peins est à moi. La canaille ne peut pas me l’enlever. »

dixit Willem Van Genk autoproclamé  « général d’armées invincibles qui se rejoignent et se regroupent dans les gares dont vous n’avez jamais entendu parler » en fait, auteur d’art brut.

Son père tenta vainement de lui asséner de grands coups d’arithmétique.Willem résiste à la discipline, se réfugie dans l’attachement aux livres vénérés. Il les accumule tout comme ses introspections architecturales dessinées, collées, peintes de couches en surcouches, sans fin.

S’enchevêtrent des réseaux ferroviaires observés mais aussi des lignes imaginaires imperceptibles, inscrites dans la réalité de ses voyages fantasmés ou vécus. Et puis arrive le temps des trolleybus, véhicules magiques de sorties d’enfance aux forceps et les imperméables protecteurs…

De l’émotion !

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *