Vers un possible International Booker Prize français ?

- Paquita Lefranc-Andres

Equivalent britannique de notre prix Goncourt depuis plus d’un demi-siècle, le Booker Prize est l’un des plus prestigieux prix littéraires du monde, et, comme tout prix de cette renommée, représente une promesse d’accélérateur de ventes pour les lauréats.

En 2016, un prix parallèle, l’International Booker Prize est créé pour récompenser une œuvre de fiction traduite en anglais et publiée au Royaume-Uni ou en Irlande. L’écrivaine française Annie Ernaux fait partie de la sélection finale en 2019 pour Les années, traduit par Alison Strayer.

Cette année, ce sont deux auteurs français qui sont en lice pour l’International Booker Prize. Parmi les 125 ouvrages proposés pour cette édition 2021 étaient cités en mars dernier dans une première sélection At Night All Blood Is Black de David Diop, traduit du français par Anna Moschovakis (FSG) et The War of the Poor d’Éric Vuillard, traduit du français par Mark Polizzotti (Other Press).

 

Eric Vuillard The war of the poor

Tous deux viennent de franchir l’étape de la sélection finale, fait inédit dans l’histoire de ce prix.

La récompense est dotée à hauteur de 50.000 livres sterling soit un peu plus de 55 500 euros à partager entre l’auteur et le traducteur ou la traductrice, une coquette somme en plus des ventes assurées par cette reconnaissance.

En attendant le verdict final le 2 juin,  il est possible de lire le texte original.
David Diop, Frères d’âmes (Seuil 2018)
Eric Vuillard, La guerre des pauvres (Actes Sud 2019)

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *