Utiliser les appareils à UV-C contre le covid, une fausse bonne idée

- Sabine Bachut

Ces appareils se vantent de pouvoir désinfecter tout votre intérieur grâce à des rayonnements ultraviolets. Rien ne garantit cependant leur efficacité et s’exposer n’est pas sans danger souligne le magazine 60 millions de consommateurs.

Ses lampes utilisent des rayons UV-C qui sont les UV les plus énergétiques ainsi que les plus nocifs (l’énergie croît quand la longueur d’onde décroît). Toutefois, elles sont utilisées depuis longtemps en laboratoire de biologie pour les effets germicides, afin de stériliser des pièces ou des appareils. Par contre, l’apparition d’un nombre croissant de dispositifs, sources éventuelles accidentelles d’exposition des consommateurs aux UV-C sont depuis peu mis sur le marché et les accidents sont en constante hausse.

De plus, ces rayons sont réellement efficaces s’ils émettent une quantité suffisante d’UV-C, avec assez d’intensité et sur un temps d’exposition long. Ceux utilisés par les hôpitaux et les professionnels de santé sont garants de certaines normes et sont calibrés pour certaines utilisations, on en est loin pour les appareils à destination du grand public ! Aucune réglementation, aucune norme ne contraint le fabricant. Et, si certains se targuent de résultats en laboratoire, ces derniers ne se déroulent pas dans des conditions d’utilisation « comme à la maison ». Car tous nos intérieurs ne se ressemblent pas, mobilier, taille, matières, tout peut être différent. Or, si la désinfection n’est pas complète, l’utilisateur peut se croire à l’abri et prendre moins de précaution.

Par ailleurs, une mauvaise utilisation de ces appareils peut abîmer la peau et les yeux, provoquer des brûlures, émettre de l’ozone qui est un gaz toxique… Bref, soyez très prudents lors de leur utilisation !

Articles à lire :

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *