Pour la contre-culture

- par pj

logo-article

Alors bon, la culture, ça reste essentiel ou ça le devient ?

Et la contre-culture ?

Au moment où les interrogations sont  variées et nombreuses autour du livre comme objet de survie, il ne semble pas superflu d’insuffler encore du savoir et du désir au cœur du débat.

L’art et la contre-culture sont les principaux ingrédients du livre de Servando Rocha, essayiste, écrivain et éditeur espagnol, La Faction cannibale – art, terreur et vandalisme, qui vient d’être édité en français.

Artistique, philosophique, historique, politique, musical, littéraire, tous les champs souterrains sont la prédilection de cet ouvrage, éclairé et éclairant, sur la vigueur extrême de l’activisme et sur la nécessité de l’art comme expression de la vie.

En interview, Servando Rocha considère malicieusement que les livres ouvrent des portes et que l’on est responsable de la voie à suivre…

Le site de Servando Rocha (en espagnol)

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *