“Maria de Buenos aires” : un jeu d’équilibre

- Dominique

« Maria de Buenos Aires », l’unique opéra de l’argentin Astor Piazzola, est joué actuellement et pour encore quelques jours à l’opéra de Lyon. Il devrait également être au programme des Nuits de Fourvières, qui débuteront cette année le 2 Juin. Il s’agit d’un spectacle pour tout public à partir de 14 ans.

Yaron Lifschitz de la Compagnie australienne Circa, adapte ce manifeste du Nuevo Tango, pour dix acrobates, deux danseurs, deux solistes, des musiciens de tango et un orchestre à corde. Il le transforme en un jeu d’équilibre, au sens propre.

Cet opéra-tango marque le début de la collaboration entre Astor Piazzola et le poète Horacio Ferrer, en 1967. Ils font se rencontrer écriture savante et mélodies populaires avec des références au jazz, au tango et à la musique classique. Ils travaillent la justesse entre trivialité et sacré, mort et renaissance. Maria, une ouvrière des faubourgs, condamnée à errer la nuit comme une ombre, renaît chaque matin. “Elle est une allégorie du tango et de sa capacité à se réinventer.”

Un spectacle tout en nuances, à ne pas manquer assurément !

Pour aller plus loin

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.