Les spectacles vivants mis dans la boîte

- le fonctionnaire inconnu

En France, les salles de spectacle sont fermées depuis de longs mois désormais. Artistes comme spectateurs s’en désolent, sans espoir proche de se retrouver. La bonne nouvelle, c’est que cette situation a conduit à une explosion d’offres de spectacles filmés, disponibles sur tous les formats imaginables (télé, DVD, VOD, web, sites des théâtres).

Une chaîne de télévision dédiée vient même de voir le jour ! Depuis le 15 février, Culturebox émet en continu sur la chaîne 19 de la TNT.

Evidemment cela ne conviendra pas à tout le monde, artistes ou spectateurs particulièrement attachés à ce qui fait la spécificité du spectacle vivant et qu’une caméra ne pourra jamais rendre.

Le dernier numéro de la revue Etudes théâtrales (n° 68) essaie de résoudre l’équation impossible du pourquoi et comment « Filmer la scène » (textes réunis par Dick Tomasovic et André Deridder).

Une problématique vieille comme le cinéma mais dont l’enjeu a grandi considérablement…

« Dès les origines du cinéma, placer une caméra face à la performance scénique semble être à la fois le geste le plus élémentaire de la mise en scène cinématographique et son acte le plus difficile, peut-être même le plus controversé. »

Pourtant, cela fait déjà une dizaine d’années que les captations de spectacles ont pris une nouvelle ampleur, portées par les progrès techniques. C’est ce que nous raconte Fabienne Darge dans « Le charme discret du théâtre filmé« , article paru dans Le Monde du 1er février 2021 (archives à retrouver sur Europresse pour les abonnés en bibliothèque).

Prenant pour exemple Mithridate, de Racine, mis en scène par Eric Vigner et filmé par Stéphane Pinot au Théâtre National de Strasbourg (à voir en ligne jusqu’au 23 août 2021). « Nous avons tourné avec des drones sur scène, pour la première fois. Avec ce petit jouet, vous pouvez partir du visage de Stanislas Nordey, qui joue Mithridate, et partir au fond de la scène, en un travelling de folie » !

Sur nos étagères

Captations de spectacles par des réalisateurs et maisons d’édition incontournables

  • La Compagnie des Indes filme l’essentiel des spectacles de la Comédie-Française et ceux joués dans la Cour d’honneur du palais des Papes durant le Festival d’Avignon.
  • Don Kent, considéré comme le maître de la captation de spectacles, ayant réalisé notamment Les Damnés mis en scène par Ivo van Hove, ou celle d’Inferno, de Romeo Castellucci.
  • Dominique Thiel, autre maître de la captation qui a collaboré avec les plus grands artistes et pour qui je vous conseille de voir en particulier le flamboyant spectacle de clown Slava’s snowshow ou un peu plus classiquement les toutes récentes Fourberies de Scapin de Denis Podalydès.
  • Le jeune réalisateur Julien Condemine, qui vient de collaborer avec Jean Bellorini sur Le jeu des ombres.

Livres documentaires

 

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *