Laisser Lascaux respirer.

- par M&S

logo-article
La scène du puits Wikimedia Commons

La grotte de Lascaux, dont on a fêté le 12 septembre dernier les 80 ans de sa découverte, n’a pas échappé au confinement. Bien que fermée au public depuis 1963 (les émanations en gaz carbonique des quelques 1800 visiteurs journaliers avaient alors gravement mis en péril sa conservation), celle que l’abbé et préhistorien Henri Breuil avait nommée « la chapelle Sixtine de la préhistoire » était, avant le confinement, régulièrement visitée par une équipe de chercheurs afin de scruter son équilibre biologique.

Or, alors que les effets du confinement sur le climat de notre planète ont été, hélas, assez relatifs, il semblerait que celui-ci fût plus que bénéfique à la grotte ornée, comme on nous l’explique dans cet article paru dans le Monde « la magie Lascaux opère toujours 80 ans après sa découverte« :

« A la suite du télétravail imposé mi-mars à tous nos agents et la mise au repos total de la grotte qui s’en est suivie, les valeurs enregistrées par la centaine de capteurs de température, humidité et CO2 se sont montrées très stables. En particulier, le différentiel de température entre l’air et la paroi s’est fixé à un ou deux centièmes de degré Celsius seulement, signe d’un très bon équilibre climatique. »

C’est donc avec joie que les scientifiques ont retrouvé les 2000 peintures en ocre et en manganèse, peintes il y a quelques 21000 ans, dans un état de « fraîcheur exceptionnelle ».

On pourrait même aller jusqu’à dire, d’avant la découverte par l’homme…

Pour autant comme Simon Coencas (l’un des quatre adolescents ayant exploré la grotte pour la première fois) et qui était alors réfugié en Dordogne (nous sommes en 1940 et la moitié de la France est occupée), on ne peut regretter une telle découverte et cacher notre émerveillement devant les représentations d’aurochs monumentaux  et de ces scènes de la vie « quotidienne  » de l’homme du Paléolithique.

Pour (re)découvrir la grotte de Lascaux tout en la protégeant vous pouvez évidemment vous rendre sur le site de Lascaux IV (réplique intégrale de la grotte) mais aussi vous plongez dans quelques ouvrages de nos collections comme celui de Jean-Loïc Le Quellec,  « Lascaux et l’énigme du Puits » ou « Lascaux : histoire et archéologie d’un joyau préhistorique  » de Romain Pigeaud.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *