La politique-fiction, miroir du réel

- Modifié le 26/04/2022 AudreyB

logo-article
Couverture de Matin brun (Franck Pavloff)

Lors du festival Quais du Polar, plusieurs tables rondes résonnaient particulièrement avec l’actualité en réunissant des auteurs de politique-fiction, ce genre littéraire, entre policier et uchronie, qui imagine ce qui pourrait advenir ou ce qui est advenu d’un pays ou du monde. Maintenant que le résultat des élections présidentielles est connu et le paysage politique un peu moins en ébullition, penchons-nous sur les sorties récentes de ces romans qu’on dévore avec des frissons et en pensant “Et si ?”.

⬤ On commence avec Jérôme Leroy, qui depuis Le Bloc, réécrit notre histoire politique et la montée glaçante d’un parti d’extrême-droite, le Bloc patriotique, et de ses dirigeants, et vient de nous offrir un dernier opus, le magistral Les derniers jours des fauves (notre critique ici).

⬤ Fabrice Jambois quant à lui publie Mycélium, un premier roman noir à la lisière du paranormal et de l’occulte, qui imagine l’apparition en 2018 d’une substance inconnue et toxique qui décime les migrants et un groupuscule d’ultra-droite qui semble être le responsable idéal.

⬤ Après La sirène qui fume et La défaite des idoles, Benjamin Dierstein clôt avec La cour des mirages, sa trilogie située entre mars 2011 et juin 2012 (après les élections présidentielles), une plongée au cœur des manœuvres politiciennes et policières.

⬤ En sortant de l’Hexagone, ne passez pas à côté de Les loups de Benoît Vitkine ; l’auteur est un journaliste spécialiste de la question ukrainienne et narre dans son dernier “roman” l’arrivée au pouvoir en Ukraine d’une oligarque au passé violent et avec un contentieux avec la Russie. Tout un poème…

⬤ On n’oublie pas enfin Juli Zeh qui nous plonge avec Cœurs vides dans l’Allemagne de 2025 en proie aux populistes, où les libertés individuelles se réduisent petit à petit et où des algorithmes repèrent les personnes suicidaires sur internet (et pas toujours pour les aider). Un roman dystopique bien sombre qui fait penser à Soumission de Michel Houellebecq, autre brûlot à découvrir.

Bonne lecture (et bon courage)

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.