La littérature des Premières Nations à l’honneur

- Yôzô-san

Chaque année au mois de juin, le Canada célèbre le Mois National de l’Histoire Autochtone, une période pour mettre en lumière un pan important de l’histoire encore trop souvent gommé des livres d’enseignement et célébrer la culture des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Une culture qui depuis quelques années s’exporte en France avec le travail et l’engagement de maisons d’édition qui se font les passeurs de ces voix en publiant ou traduisant les romanciers issus de ces communautés. Voilà donc une petite sélection d’ouvrages et d’auteurs à découvrir absolument :

 

Jeu Blanc, Richard Wagamese (Zoé, 2017)Amazon.fr - Jeu blanc - Wagamese, Richard, Raguet, Christine - Livres

Avec Jeu blanc, Richard Wagamese aborde un sujet malheureusement d’actualité : «la rafle des années 60 » et ses pensionnats catholiques dans lesquels les enfants autochtones enlevés de force à leurs familles ont été élevés dans l’idée de gommer leur indianité. D’inspiration autobiographique, l’auteur nous livre dans ce roman un témoignage poignant sur la difficulté de se construire dans une société qui s’efforce de nier une partie de son être. Un roman époustouflant auquel on repense longtemps après en avoir terminé la lecture.

 

Kuessipan - Naomi Fontaine - Babelio

Kuessipan, Naomi Fontaine (Le serpent à plumes, 2015)

Naomi Fontaine a 24 ans quand Kuessipan, son premier roman, paraît. Plus un récit qu’un roman, Kuessipan nous invite au cœur de la réserve Innue d’Uashat dont elle est originaire. D’une voix aussi lumineuse que lucide, elle raconte sans fard le quotidien de ses pairs. Les jeunes filles qui doivent élever seules leurs enfants abandonnant leurs rêves personnels, la drogue et l’alcool dans lesquels certains se réfugient pour tenter d’oublier temporairement la précarité, la violence ou le racisme systémique dont ils sont victimes, mais aussi le lien qui les unit à la nature, la beauté à couper le souffle des paysages naturels qui entourent la réserve, et bien sûr les histoires et les traditions qui se transmettent de génération en génération. Un récit magnifique à la prose épurée qui a immédiatement projeté Naomi Fontaine sur le devant de la scène littéraire canadienne.

 

Le chant de Corbeau - Lee Maracle - BabelioLe chant du corbeau, Lee Maracle (Mémoire d’encrier, 2020)

Lee Maracle est l’une des grandes plumes des Premières Nations. Dans le chant du corbeau, elle revient sur un épisode douloureux de l’histoire de la communauté Stó:lō, quand en 1957 l’épidémie de grippe asiatique s’est abattue sur son peuple. On suit Stacey, une jeune femme tiraillée entre deux cultures, entre une famille et des origines Stó:lō et une éducation blanche. Chaque jour elle traverse le pont et quitte la réserve, les femmes du clan du loup et les traditions pour rejoindre le monde des blancs. Un monde sur lequel règnent confort, modernité et sciences. Un monde auquel la loi exige qu’elle se conforme, mais un monde qui, quand l’épidémie va toucher la réserve n’enverra aucun de ses médecins pour soigner les siens. Avec Le chant du corbeau, Lee Maracle signe un roman fort sur l’histoire des Premières Nations de Colombie-Britannique, un roman sur la résilience et la force qu’il faut pour toujours se relever.

 

La femme tombée du ciel - Thomas King - Babelio

La femme tombée du ciel, Thomas King (Philippe Rey, 2017)

Gabriel Quinn, chercheur au sein de la multinationale Domidion, a créé un défoliant d’une efficacité pour le moins redoutable. Utilisé dans la nature, au beau milieu de la Colombie-Britannique à proximité d’une réserve autochtone, le produit est à l’origine d’une catastrophe écologique sans précédent. Depuis la rivière, la contamination se répand et s’attaque à toutes formes de vie : animales, végétales et bien sûr, humaines. Rongé par la culpabilité, il décide de rejoindre la zone la plus durement touchée, Samaritan Bay, pour mettre un terme à sa vie. Mais rien ne se passe comme prévu. Alors qu’il se jette à l’eau, comble de l’ironie, un petit groupe de survivants le sauve de la mort et l’accueille parmi eux. À leur côté, dans une réserve qui ressemble désormais à une ville fantôme, il va réapprendre à vivre et découvrir une autre façon de concevoir la nature et les relations humaines. Avec La femme tombée du ciel, Thomas King signe un roman décapant sur la question de l’écologie et de l’attachement à la terre et parvient à faire cohabiter nostalgie, humour et engagement avec brio.

 

Quatre voix fortes, empreintes de poésie, qui nous invitent à découvrir une histoire dont on ne connait finalement pas grand-chose et une culture d’une richesse incroyable.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *