Kathy Acker, cannibale littéraire

- Benoît S.

L’éditrice Laurence Viallet, reconnue pour son rôle de découvreuse de textes transgressifs, réédite le roman culte de l’icône punk et féministe, Kathy Acker : Sang et stupre au lycée, paru en 1984. (http://www.editions-laurence-viallet.com/auteur/kathy-acker/).

Résumer l’intrigue foutraque de ce livre se révèle vite impossible tant il s’agit d’un texte inclassable fait d’emprunts littéraires, de collages et d’expérimentations formelles. Essayons, toutefois. Soit l’histoire de Janey Smith, 10 ans, qui vit au Mexique, auprès de son père, avec lequel elle vit une liaison incestueuse perçue plutôt normalement par l’intéressée Elle rejoint ensuite New York, où elle découvre le punk rock. Elle intègre un gang, connaît de nombreuses expériences sexuelles, subit plusieurs avortements. Elle apprend le persan, écrit des poèmes. Elle est enlevée, séquestrée puis s’enfuit à Tanger où elle noue une idylle avec Jean Genet…

Qualifiée tour à tour de pirate, terroriste ou encore cannibale, Kathy Acker s’approprie et détourne les textes de ses modèles. Sade, Baudelaire, Lautréamont, Artaud, Genet, Bataille et Burroughs notamment. En cette fin de siècle, tout a déjà été dit, tout a été écrit. Alors, à quoi bon s’intéresser à l’imagination et au récit ?

La langue de Acker déborde et déconstruit, non seulement les représentations littéraires mais aussi sociales. Bien avant MeToo, dans une geste performative, l’œuvre de Kathy Acker permet une réappropriation du corps et du récit féminins. Elle invente ainsi une nouvelle identité et libère de nouveaux territoires de parole.

Héritière revendiquée de Kathy Acker, Virginie Despentes raconte ainsi sa sidération lorsqu’elle découvre les mots de Kathy Acker par le biais d’un fanzine au début des années 90 («  Je veux que tu me baises, je veux que tu me baises deux fois. »).  Rien n’interdisait une femme d’écrire ça. Rien n’interdisait d’écrire comme Bukowski quand on est une femme.

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/livres/article/2021/02/13/sang-et-stupre-au-lycee-kathy-acker-effet-de-souffle-intact_6069826_3260.html

https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-poetes/du-cote-de-chez-kathy-acker

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *