Historiciser les maux

- M&S

L’Allemagne a reconnu le 28 mai dernier avoir commis des actes génocidaires en Namibie entre 1904 et 1908. Triste hasard du calendrier alors que vient de paraitre l’édition critique de Mein Kampf…Le premier génocide du XXème siècle annonçant déjà l’horreur du nazisme.

C’est en effet sous domination allemande que les communautés Herero et Namas vont être massacrées suite à la rébellion des colonisés qui cause la mort d’une centaine de soldats allemands. En représailles, le général Général Lothar von Trotha ordonne l’extermination de ces populations. En quatre ans,  80 % des Herero et 50% de Namas son tués mais aussi parqués dans des camps de concentration, assoiffés ou affamés. De véritables techniques génocidaires donc.

Un article paru dans Les Inrockuptibles en 2017 titrait à ce sujet « le génocide nazi s’est il inventé en Namibie ?« .

En effet, l’ordre d’extermination signé par la général von Throtha, le 2 octobre 1904, peut rappeler le systématisme mis en œuvre par l’Allemagne nazie :

À l’intérieur des frontières allemandes chaque Herero, sans ou avec une arme, avec ou sans bétail, sera fusillé. Je n’accepterai plus désormais les femmes et les enfants, je les renverrais à leur peuple ou les laisserai être abattus. Voici ma déclaration au peuple Herero. Le grand général du puissant Kaiser allemand. 

Ainsi le documentaire d’Anne Poiret intitulé « Namibe le génocide du IIeme Reich » mais aussi le centre de documentation du Mémorial de la Shoah, soulèvent la question du lien entre la politique raciale de l’Allemagne coloniale des années 1900 et celle de l’Allemagne nazie.

Camps de concentration, obsession de la race pure et expériences scientifiques pour démontrer l’existence d’ une race inférieure, l’historien Yves Ternon rappelle « la nécessité de remonter au XIXe siècle pour comprendre le comportement du corps médical sous le nazisme ».

L’historien s’expliquait ainsi dans un article intitulé « les médecins nazis », paru dans les Cahiers de la Shoah en 2007 :

« L’idéologie raciste pénètre en force les corporations étudiantes après 1928, année de fondation à Kiel de la ligue national-socialiste des étudiants. En 1930-1931, les nazis obtiennent la majorité des mandats dans onze facultés et forment le parti le plus important dans dix autres.

Or, la plupart des futurs cadres de la médecine nazie sont nés avec le siècle. Ils ont donc fait leurs études entre 1920 et 1930 dans des universités où ils ont été imprégnés par les idées de racisme, d’hygiène raciale et d’hérédité des maladies mentales.

La prise du pouvoir par Hitler le 30 janvier 1933 ne prend pas de court le corps médical allemand, déjà largement contaminé par les idées racistes et gagné aux exigences de l’eugénisme négatif. »

 

Pour aller plus loin sur ce sujet :

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *