Doublé NFT !

- Modifié le 12/03/2021 Pam

logo-article
"Pixel Spout" by Julian Bleecker licensed under CC BY-NC-ND 2.0 creativecommons

 

 

2 brèves qui mettent le feu numérique à l’art en une !

 

Révolution du NFT : une œuvre d’art numérique adjugée près de 70 millions de dollars chez Christie’s

 

Une oeuvre entièrement numérique de l’artiste américain Beeple a été vendue jeudi 11 mars à New York, 69,3 millions de dollars par la maison d’enchères Christie’s . « Everydays : the First 5.000 Days » est un assemblage de dessins et animations réalisés quotidiennement durant 5.000 jours d’affilée.

« Ça fait 20 ans que j’essaye de convaincre les gens qu’un fichier numérique peut être considéré comme de l’art », explique Steven Sacks, propriétaire de la galerie new-yorkaise bitforms. « Jusqu’ici, nous avions vendu beaucoup d’œuvres, mais à une toute petite communauté de gens dans le monde de l’art, confie-t-il. Maintenant, vous avez des millions de gens qui considèrent ça comme un support légitime. »

 

 

La technologie de la blockchain est utilisée pour certifier l’authenticité de cette œuvre au moyen du NFT, le Non-fungible token- le jeton non fongible ou jeton cryptographique qui représente quelque chose d’unique.

Mike Winkelmann atteint ainsi le top 3 des artistes les plus chers de leur vivant, avec David Hockney et Jeff Koons.

 

Crypto-art : une oeuvre de Banksy brûlée par un collectif de traders pour en faire un original numérique

 

En 6 minutes, le 4 mars, une œuvre de Banksy est partie en fumée, mais cette disparition physique a donné naissance à une œuvre numérique. Cette transmutation a été réalisée par le collectif Burnt Banksy, en direct sur Twitter. La gravure valait 95000 dollars.

Résultat et but bien défini dès le départ : La destruction physique donne lieu à la création numérique d’un NFT, l’oeuvre est numérisée et son actif financier appartient désormais au monde digital.

 

 

« Mirza Uddin, président d’Injective Protocol »(société de blockchain à l’origine du projet) », a précisé que le collectif n’avait pas encore choisi l’association caritative à laquelle il reverserait la somme réunie mais qu’elle serait impliquée dans la gestion de la pandémie et de ses conséquences. Il a également révélé au site d’actualité spécialisé Coindesk que le groupe préparait une nouvelle action en collaboration avec un artiste de premier plan. « Notre objectif, dit-il, est de créer une passerelle entre le monde traditionnel de l’art et celui des NFT. Nous continuerons d’œuvrer pour défendre cette philosophie. » »

 

Pour aller plus loin :

 

Big bang blockchain : la seconde révolution d’internet / Stéphan Loignon

 

Artists re : thinking the blockchain ; Sous la dir. de Ruth Catlow

 

Peinture : obsolescence déprogrammée : la peinture dans l’environnement numérique / sous la direction de Camille Debrabant ; Fleur Chevalier, Caroline Tron-Carroz, Camille Lenglois et al.

 

L’art au-delà du digital / Dominique Moulin ; préface de Philippe Codognet

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *