Coeur artificiel Carmat : feu vert pour des transplantations

- Sabine Bachut

Conçu par le professeur Alain Carpentier, le coeur artificiel Carmat a obtenu l’habilitation des instances européennes pour sa commercialisation. Un premier test d’implantation sur une personne avait été fait en 2013.

Ce sera l’Allemagne qui sera prioritairement ciblée par cette commercialisation, la France viendra ensuite. Concevoir un coeur artificiel prend plus d’un an. L’entreprise table sur une production de 10 coeurs par mois. Cela paraît peu, mais le coût de fabrication et la demande ne sont pas assez forte pour en produire plus. Ce coeur coûte 150 000 € et la question d’un remboursement par la sécurité sociale est en discussion. Petit plus, les coeurs seront fabriqués en France dans les Yvelines.

Cependant, le coeur Carmat est encore loin de prolonger suffisamment la vie des patients. Au lieu d’une durée de vie prolongée à 20 ans pour une transplantation cardiaque classique, il peut difficilement aller à plus de 2 ans d’espérance de vie. C’est donc une solution provisoire et en direction de certains patients ne pouvant attendre.

Sur l’article de France info :

« Lors des essais cliniques, seul un patient a réussi à survivre plus de deux ans, quand une transplantation classique permet d’espérer vivre quasiment 20 ans de plus. Ce coeur s’adresse à des patients « qui souffrent de maladie bi-ventriculaire, c’est quand le cœur ne pompe plus et que les ventricules gonflent et empêchent le cœur de fonctionner normalement », précise Stéphane Piat. Très peu de gens meurent d’infarctus depuis qu’on a des stents, selon Stéphane Piat, mais on a créé, dit-il, « une population de patients très fragiles ». « Implanter un cœur sera plus rentable que de ne pas traiter un patient », défend-il. Il permet notamment de tenir jusqu’à ce qu’un greffon naturel soit libre or il y a pénurie de cœurs naturels. Environ 500 greffes cardiaques sont réalisées chaque année, alors que plus de 10 000 Français sont en attente d’une transplantation. « 

Comment ce coeur artificiel fonctionne ? Lisez l’article de Futura sciences

Cette infographie reprend le principe de fonctionnement du cœur artificiel de Carmat. Connectés aux oreillettes droite et gauche du patient (non représentées ici, par lesquelles arrive le sang), les ventricules artificiels se gorgent de sang et le déversent vers les artères à l'aide d'un fluide hydrodynamique qui vient tendre et détendre la membrane, sous l'effet d'une pompe motorisée. © Idé

 

 

Concevoir un tel cœur prend plus d’un an, explique le dirigeant. « Pour une carte électronique, il faut un an de la commande des composants à l’assemblage et à la fourniture chez Carmat. En général, une fois qu’on a tous les composants il faut deux mois et demi, trois mois, pour que le produit soit fini, stérile et prêt à être envoyé à l’hôpital ».

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *